Benoît Hamon : "si Manuel Valls ne change pas de politique économique, il se trompera" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Benoît Hamon tance le gouvernement et Manuel Valls
Benoît Hamon tance le gouvernement et Manuel Valls
©Reuters

Piques

Benoît Hamon : "si Manuel Valls ne change pas de politique économique, il se trompera"

L'ancien ministre de l'Education nationale était l'invité de RTL ce lundi matin. Il en a profité pour critiquer le gouvernement.

Comme Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti, Benoît Hamon est devenu très critique à l'égard du gouvernement qu'il a quitté début septembre. L'ancien ministre de l'Education nationale ne se gêne pas pour dire ce qu'il pense. Ce lundi matin sur RTL, nouvelle démonstration sur le thème de l'assurance chômage. Pour lui, Manuel Valls commet une grave erreur. "Le débat est mal posé" a-t-il lancé.

"Il y a aujourd'hui plus de 450 000 chômeurs de plus depuis que la gauche est au pouvoir. Cela est dû à notre politique économique.L'inflexion de la politique économique se fait au détriment du nombre de chômeurs. Le déficit de l'UNEDIC est fort mais il ne faut pas pour autant punir les chômeurs" a-t-il expliqué. "Emmanuel Macron le sait, on sort d'une réforme sur le sujet qui se déploit et qui devrait porter ses fruits. Nous avons mis en place des droits rechargeables" a-t-il ajouté.

Pour l'ex-ministre, le principal problème vient de Bruxelles qui demande toujours plus à la France. "L'Union européenne nous demande d'en faire plus sur les réformes structurelles. Nos objectifs sur les déficits ne sont pas tenus, c'est là le problème. Ces sujets sont mis en débat pour amadouer l'Union européeenne. Cette idée n'est pas la bonne" a-t-il soutenu. Benoît Hamon ne s'est ensuite pas privé de charger Manuel Valls. "La France n'ait d'autre choix que d'accélérer sur les réformes structurelles selon un agenda qui n'est pas le sien car l'UE l'exige. (...) C'est la conséquence d'une politique économique qui a fait le choix de faire de la réduction des déficits l'objectif ultime du gouvernement. (...) La politique recommandée par Bruxelles crée le chômage. Si le Premier ministre ne change pas de politique économique, il se trompera" a argumenté le député.

Pour autant, Benoît Hamon se voit-il dans l'opposition ? "Non, je soutiens le gouvernement mais de manière objective. (...) Quant au budget, on verra, il faut en discuter" a-t-il lancé. Opposant sans doute, mais à dose homéopathique. 

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !