BCE : Mario Draghi surveille de près l'inflation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
BCE : Mario Draghi surveille de près l'inflation
©

Prêt à agir

BCE : Mario Draghi surveille de près l'inflation

"Aujourd'hui, nous partons du principe que l'inflation basse se prolongera mais reviendra progressivement à un niveau proche de 2%" a-t-il assuré ce lundi.

La hausse des prix en zone euro a été de 0,7% en avril, après +0,5% en mars. Un niveau loin de l'objectif fixé par la Banque Centrale européenne (BCE) qui entend  la maintenir proche mais sous les 2%. Dès lors, depuis de longues semaines, de nombreux pays de la zone euro demandent à l'institution d'agir. Mais il est encore difficile de savoir ce qu'elle compte faire à ce sujet. Mais il semblerait qu'elle soit prête à prendre des mesures dans les prochaines semaines. Ainsi, la semaine dernière déjà, Peter Praet, l'un des membres du directoire de la BCE,  avait  indiqué que la BCE "ne peut pas laisser l'inflation trop basse trop longtemps". Ce qu'a confirmé ce lundi son président Mario Draghi.

En déplacement pour un  forum sur la politique monétaire à Sintra au Portugal, il a certifié que l'institution est attentive aux possibles risques que l'inflation ne retrouve pas son niveau proche de 2% à moyen terme. "Aujourd'hui, nous partons du principe que l'inflation basse (observée) se prolongera mais reviendra progressivement à un niveau proche de 2%", ce qui est l'objectif de la BCE, a affirmé Mario Draghi. 

Le risque d'une spirale déflationniste n'en est pas moins réel est réclame de la vigilance, a-t-il ajouté. "Notre responsabilité n'en est pas moins de rester vigilant face aux risques représentés par l'émergence possible d'un tel scénario et nous devons être prêts à agir s'il se matérialise", a expliqué Mario Draghi.

Pour l'instant, l'institution monétaire de Francfort prévoit une accélération progressive, et pronostique que l'inflation atteigne 1,6% en 2016. Mais depuis le début de l'année l'inflation "a été plutôt plus basse qu'attendu", avait souligné Peter Praet. Une situation qui plaide en faveur d'un assouplissement de la politique monétaire de la BCE dès sa prochaine réunion, début juin. 

 

 

lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !