Le site d'Obama infiltré | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le site d'Obama infiltré
©

Hacking

Le site d'Obama infiltré

Et cela quelques jours après la fausse annonce de l'assassinat du président américain sur le compte Twitter de Fox News.

L'événement aurait pu paraître anecdotique s'il ne succédait pas au piratage du fil Twitter de la chaîne conservatrice Fox News qui a annoncé la (fausse) mort du président américain il y a quelques jours. Barack Obama mise en effet énormément sur Internet et les réseaux sociaux pour l'élection présidentielle de 2012, et les problèmes s'accumulent déjà...

Ce mardi 5 juillet, c'est son site de campagne barackobama.com qui a été infiltré. Un utilisateur nommé "Commy Obama" y a annoncé deux faux événements auxquels ils conviait les autres internautes. Intitulé "Règles de la politique", l'article posté sur le site du président américain expliquait :

"1. Les hommes politiques et les fonctionnaires mentent. 2. Les hommes politiques vous disent ce que vous voulez entendre et promettent des cadeaux pour obtenir des votes. 3. Quand le gouvernement achète, le peuple paye. 4. Les hommes politiques sont humains, et peuvent donc être gloutons, égoïstes, irresponsables et myopes... etc."

Les 21 critiques anti-gouvernementales ne visent aucun responsable en particulier, ni ne nomme personne.

Les responsables de la campagne numérique de Barack Obama modèrent l'importance de la prétendue faille informatique en expliquant que les événements du calendrier sont créés par les utilisateurs eux-mêmes. Par conséquent, la sécurité du site n'aurait pas été compromise. "Nous surveillons les contenus inappropriés, mais ne sommes pas encore en mesure de tout rattraper", indiquent-ils.

L'article en question a été supprimé, mais il y a fort à parier que ce n'est que l'un des premiers balbutiements de la bataille électorale sur Internet où, semble t-il, tous les coups seront permis...

Lu sur The Examiner

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !