Baisse des impôts en 2015 : Jean-Marc Ayrault reste prudent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Baisse des impôts en 2015 : Jean-Marc Ayrault reste prudent
©

C'est dur de s'engager

Baisse des impôts en 2015 : Jean-Marc Ayrault reste prudent

Interrogé sur ce sujet par Le Monde, le Premier ministre a dit que cette baisse ne pourrait intervenir que "si les économies sont bel et bien au rendez-vous".

Une baisse d'impôts en 2015 ? L'Elysée l'avait envisagée évoquant un "petit geste pour les ménages". Tour à tour, Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve étaient venus dire à la presse que cette baisse "était conditionnée". Ce vendredi, Jean-Marc Ayrault aborde à son tour le sujet de la fiscalité des ménages. Dans une interview au Monde à paraître samedi, le Premier ministre reste prudent sur cet éventuel geste.

"Le gouvernement s'est engagé à baisser la dépense publique d'au moins 50 milliards d'euros d'ici à 2017, ce qui est un effort considérable", souligne-t-il d'abord avant de dire : "si nous parvenons à faire davantage et si le contexte économique le permet, nous pourrons baisser les impôts plus vite".

Le Premier ministre a également évoqué la fiscalité des entreprises. "Outre la suppression des cotisations familiales, nous devons nous attaquer à la multiplication des petites taxes qui, additionnées, finissent par peser lourd. L'autre chantier est de rapprocher la fiscalité des entreprises de celle de nos voisins allemands à l'horizon 2020" indique Ayrault, qui recevra lundi les partenaires sociaux sur le pacte de responsabilité. A ce propos, il affirme qu'il sera vigilant quant aux "contreparties" demandées aux entreprises. Interrogé enfin sur la prévision de croissance du gouvernement cette année (0,9%), il juge que le "1%" est "tenable"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !