Ayrault fait sa rentrée et annonce une baisse des taxes des carburants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ayrault fait sa rentrée et annonce une baisse des taxes des carburants
©

Annonces gouvernementales

Ayrault fait sa rentrée et annonce une baisse des taxes des carburants

Le Premier ministre a fait sa rentrée médiatique sur RMC avec au programme la croissance, les prix à la pompe et la Syrie.

Le gouvernement fait sa rentrée ce mercredi matin, et les dossiers évoqués par le premier Conseil des ministres après les vacances devraient être nombreux. Au programme : Livret A, hausse des prix à la pompe, lutte contre le chômage, les camps de Roms, la crise syrienne et bien sûr, les problèmes de la zone euro.

Invitépar Jean-Jacques Bourdin ce mercedi matin sur RMC, Jean-Marc Ayrault a évoqué plusieurs des sujets qui occuperont le gouvernement en Conseil des ministres.

  • Prix des carburants :

Alors que les prix des carburants dans les stations-service en France ont frôlé la semaine dernière leurs records atteints en mars-avril selon les relevés hebdomadaires publiés lundi par le ministère de l'Ecologie et de l'Energie, le gouvernement est très attendu sur ce sujet qui plombe le budget des ménages.

Jean-Marc Ayrault avait de nombreuses annonces à faire sur le sujet : "Le gouvernement diminuera au niveau fiscal le coût du carburant.Il y aura une mesure unilatérale de baisse. Il y aura une diminution des taxes et ce sera la part de l’Etat. Cela nous permettra aussi de demander aux producteurs et aux distributeurs leur propre part d’effort", a ainsi déclaré le Premier ministre avant d'ajouter que les taxes seront provisoirement baissées "en attendantun mécanisme qui régule les prix".

Le chef du gouvernement a également expliqué vouloir mettre en place "un organisme de surveillance de l'élaboration des prix".

  • La croissance :

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, le Premier ministre a évoqué la croissance française, n'excluant pas un nouvel abaissement des prévisions en 2013.

Concernant l'hypothèse de croissance de 1,2% un temps retenue par le gouvernement mais jugée très optimiste par les économistes, Ayrault a déclaré : "c'était nos prévisions, on s'adaptera en fonction de l'évolution".

  • La crise syrienne :

Alors que le vice-Premier ministre syrien Qadri Jamil a laissé entendre mardi que Bachar al-Assad pourrait partir, Jean-Marc Ayrault a expliqué qu'il fallait "trouver les conditions d'une transition politique […], arriver à la démission" du président syrien, estimant qu'"on ne peut pas laisser tomber les Syriens, nous avons des moyens non létaux, nous ne sommes pas impassibles".

Il a par ailleurs ajouté que qu'il n'était pas question d'intervenir "sans décision de l'ONU", citant les exemples de l'Irak et de la Lybie, pays dans lesquels de nombreuses armes sont encore en circulation.

Lu sur RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !