Aucune centrale nucléaire n’a besoin d’être fermée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Aucune centrale nucléaire n’a besoin d’être fermée
©

Tout va très bien

Aucune centrale nucléaire n’a besoin d’être fermée

Mais il faudra investir pour renforcer leur sécurité, estime un rapport de l’Autorité de sureté nucléaire.

Dix mois après Fukushima, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN)à a remis mardi au Premier ministre, ainsi qu’il le lui avait demandé en mars 2011, un rapport sur la sécurité des 79 installations nucléaires françaises, dont les 58 réacteurs en fonctionnement, l'EPR de Flamanville en cours de construction et les usines de gestion du combustible. Le diagnostic se veut globalement rassurant : aucune ne nécessite d’être fermée, mais EDF est invité à renforcer leur "leur robustesse face à des situations extrêmes". EDF devra aussi présenter avant le 30 juin des dispositions visant à mettre en place un "noyau dur" dans chaque centrale afin de "maîtriser les fonctions fondamentales de sûreté dans des situations extrêmes".   

Les mesures de sécurité pourraient coûter cher. Selon EDF, les demandes de l’ASN devrait occasionner un surcoût d’environ 10 milliards d’euros supplémentaires par rapport aux investissements déjà programmés.  "Nos premières estimations montrent qu'on devrait rester dans une fourchette de 40 à 50 milliards d'euros", a déclaré Jean-Marc Miraucourt, directeur de l'ingénierie du parc nucléaire d'EDF. Dans un entretien au Monde, le président de l’ASN André-Claude Lacoste a ainsi évoqué "des investissements de plusieurs milliards d’euros". Conséquence, ces coûts se répercuteront probablement sur les prix de l’électricité. Mais pas au-delà de 2%, a avancé le ministre de l'Industrie Eric Besson.

L’ASN a estimé qu'il n'était pas nécessaire de fermer la centrale de Fessenheim dans le Haut-Rhin, alors que la sûreté de celle-ci fait particulièrement débat, et que mardi matin encore, la ministre de l’Ecologie Nathalie Konsciuzko-Morizet  n'avait pas exclu un arrêt de cette centrale. Une décision qui irrite le physicien Jean-Marie Brom, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire. Il estime que "le rapport de l'ASN est vide. Il est avant tout politique dans le sens où l'ASN dit que tout va bien, et religieux car, en cas de problème, nous n'aurons plus qu'à prier pour qu'il ne se passe rien". Mais il veut croire, qu'une fois candidat à la présidentielle, Nicolas Sarkozy pourrait se prononcer pour la fermeture de la centrale de Fessenheim, pour "couper l'herbe sous le pied de Hollande", alors que le candidat socialiste s’est dit favorable à la neutralisation de la centrale. 

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !