Attaque du consulat américain à Benghazi : le gouvernement aurait immédiatement caché la vérité au public | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attaque du consulat américain à Benghazi : le gouvernement aurait immédiatement caché la vérité au public
©Flickr / marcn

Dissimulation

Attaque du consulat américain à Benghazi : le gouvernement aurait immédiatement caché la vérité au public

Un rapport explosif du Congrès devrait jeter un pavé dans la mare de la campagne présidentielle de 2016.

La commission spéciale d'enquête du Congrès américain sur l'attentat de Benghazi, en Libye, vient de rendre un rapport sur les circonstances de cet attentat qui devraient être explosives.

Le 11 septembre 2012 au soir, le consulat américain de Benghazi, en Libye, a été attaqué, coûtant la vie à l'ambassadeur américain, J. Christopher Stevens, ainsi qu'à trois autres personnes. L'attentat avait eu lieu au plus chaud de la campagne présidentielle de 2012, alors que l'intervention en Libye était un des choix les plus controversés de l'administration Obama, et notamment de son secrétaire d'Etat (ministre des Affaires étrangères) Hillary Clinton.

Au départ, le gouvernement américain avait déclaré que l'attaque était une manifestation spontanée due à la publication d'une vidéo anti-islam sur YouTube, alors qu'il a vite apparu qu'il s'agissait d'une attaque professionnelle et planifiée--ce qui accroissait l'impression de chaos au lendemain du conflit décidé par Barack Obama et Hillary Clinton. Or comme le signale le site The Federalist, le rapport confirme que le gouvernement savait bien cela dès le départ. Le gouvernement, y compris Hillary Clinton, a donc menti au public au sujet d'un attentat terroriste qui a tué un ambassadeur, et ce probablement dans un but électoraliste. 

Le rapport dévastateur revient également sur d'autres aspects troublants de l'affaire, notamment sur le fait que l'ambassadeur Chris Stevens aurait, dans le mois précédant l'attaque, averti ses successeurs, y compris Hillary Clinton, sur les risques de sécurité, et que ceux-ci n'ont rien fait pour renforcer sa sécurité. Avec la détérioration de la situation à Benghazi, les autres grands pays occidentaux ont évacué leurs missions à Benghazi, mais pas les Etats-Unis. 

Un nouveau rapport qui ne va pas faire du bien à Hillary Clinton, qui est intimement liée au scandale de Benghazi, étant donné qu'elle dirigeait la diplomatie américaine à l'époque, et que l'intervention en Libye est vue comme sa responsabilité. Ce rapport donne l'impression d'une direction incompétente et d'une volonté politique manipulatrice qui ment au public avec un objectif électoraliste. 

>>>> À lire aussi : Benghazi : au cœur de l'attentat du consulat américain

Lu sur The Federalist

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !