Arnaud Montebourg : "Il n’est pas trop tard pour nationaliser Alstom" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Arnaud Montebourg : "Il n’est pas trop tard pour nationaliser Alstom"
©Capture d'écran du site du Dailymail

Avis

Arnaud Montebourg : "Il n’est pas trop tard pour nationaliser Alstom"

L'ancien ministre du Redressement productif publie une tribune dans Le Monde pour critiquer la vente de la branche ferroviaire d’Alstom à l’allemand Siemens.

"Il est difficile pour le simple citoyen engagé que je suis redevenu de me taire, tant la tristesse m’étreint concernant Alstom". Ex-ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg publie une longue tribune dans le Monde pour revenir sur cette affaire. "J’ai vécu au cœur de l’Etat la trahison d’Alstom-Energie, vendue par ses dirigeants corrompus (selon la justice américaine) à General Electric, dans le dos du gouvernement français."

"Oui, il était possible de trouver une autre voie. Il était déjà possible de s’opposer à ce désastre annoncé. On pouvait dire non" assure-t-il. "A Bercy, dans mon bureau, le patron de Siemens, Joe Kaeser, un Bavarois qui aime les lignes droites, avait dessiné sa proposition sur une page A4 divisée en deux colonnes : « Vous nous vendez l’énergie sauf le nucléaire que vous gardez et, en contrepartie, je vous vends le ferroviaire et la signalisation. Nous faisons deux Airbus de taille mondiale, l’un dans le ferroviaire à direction française, l’autre dans l’énergie à direction allemande. »"

"Alors que nous pouvions racheter Siemens Transport il y a trois ans, c’est désormais Siemens qui nous rachète aujourd’hui, mettant fin à un siècle d’aventure Alstom" se désole l'ex-ministre. "Il n’est pas trop tard pour nationaliser Alstom, en prenant position dans le capital de la nouvelle entité, ce qu’avait décidé, en 2003, le président Nicolas Sarkozy, et ce que mon équipe et moi avions arraché, en 2014, au président François Hollande."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !