Anne Sinclair n'oubliera rien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Anne Sinclair n'oubliera rien
©

Revanche

Anne Sinclair n'oubliera rien

Et surtout pas "tout ceux qui nous ont craché à la gueule", indique t-elle à ses amis par SMS.

Sophie des Déserts et Marie Guichoux dressent dans Le Nouvel Observateur, le portrait bien informé d'une femme blessée mais combative qui jamais n'a laissé tomber son mari.

Après avoir décrit cette "veillée funèbre, faite de larmes et de bruit" du 15 mai 2011 à Paris, les deux journalistes dépeignent la ténacité et la détermination de cette "femme sacrificielle" qui "à la face du monde (...) porte l’homme à terre"  pour la première audience au tribunal de New York.

Anne Sinclair "lit tout, entend tout" et ne pardonnera pas ceux qui ont trop hâtivement professé leur propre sentence à l'encontre de son mari. Elle, ne doute pas, explique à ses amies de ne pas écouter la presse... "Elle a vécu des moments abominables, en restant parfaitement digne, avec ce haut sens de l’amitié et de l’amour qui la caractérise", explique Elisabeth Badinter.

"Très à gauche, plus militante que son mari" selon le biographe de DSK Michel Taubmann, Anne Sinclair était à la fois "son coach et sa conseillère". Pièce centrale du dispositif qui aurait pu les conduire à l'Elysée, "elle savait aussi depuis l’affaire Piroska Nagy que le sexe était un danger sur leur route", racontent les deux journalistes du Nouvel Obs.

Anne Sinclair a aujourd'hui un couple à reconstruire, estime une amie. Une autre explique qu'elle ne supporte pas les "regards de pitié". Pugnace, l'ancienne journaliste de TF1 affiche sa détermination dans certains SMS à l'adresse de ses amies : "N’oublions pas tous ceux qui nous ont craché à la gueule".

Les journalistes du Nouvel Obs concluent : "Lorsqu’elle est plongée dans la bataille, Anne Sinclair rayonne. Mais demain, le chagrin pourrait ressurgir".

Lu sur Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !