Anne Hidalgo veut encore transformer Paris, même là où elle n'en a pas le pouvoir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Anne Hidalgo
Anne Hidalgo
©LOIC VENANCE / AFP

Grand travaux

Anne Hidalgo veut encore transformer Paris, même là où elle n'en a pas le pouvoir

Après son échec à la présidentielle, Anne Hidalgo veut continuer à imprimer sa marque sur la capitale

Tensions avec la préfecture, rivalité avec la Région Ile-de-France de Valérie Pécresse, Anne  Hidalgo veut, entre autres, réduire la circulation sur le périphérique, où l’on passerait de deux fois quatre voies sur la majorité du boulevard aujourd’hui, à deux fois trois voies dont une dans chaque sens réservée au covoiturage, aux transports en commun et aux taxis. Donc deux fois deux voies pour les véhicules individuels note l'Opinion.

Anne Hidalgo a aussi annoncé souhaiter réduire la place de la voiture sur la Place de l’étoile, étendre le jardin des Tuileries jusqu’à l’Obélisque de la Concorde (en laissant un passage aux voitures)

Un accord a été trouvé pour que la mairie investisse 24 millions d’eurosd’ici aux JO de 2024pour embellir les Champs Elysées, les pieds d’arbres, les bancs et jardins, et pour réparer la chaussée – le fonds JO mettra de son côté 6 millions d’euros.

Mais le préfet de police de Paris a déclaré que l’aménagement des Champs relevait de sa compétence. « L’aménagement des trottoirs et la gestion des arbres sont du ressort de la mairie », mais le projet présenté sur l’Etoile « aura un impact important en termes de report de circulation, et nous entendons exercer nos compétences », ajoute-t-on à la préfecture.

« Le fond de tout cela, c’est le retour d’Anne Hidalgo au Conseil de Paris où se pose manifestement un problème de légitimité », pense David Alphand, vice-président du Groupe Changer Paris (Républicains et indépendants), membre de la commission des finances de Paris. « Seules 20 000 personnes ont voté pour elle à la présidentielle dans une ville qui compte 2 millions d’habitants. Légalement, bien sûr qu’elle est maire de Paris jusqu’en 2026. Elle s’adonne aujourd’hui à un coup de force municipal. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !