L’ex-président pakistanais connaissait-il la planque de Ben Laden ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L’ex-président pakistanais
connaissait-il 
la planque de Ben Laden ?
©

L'espion qui en savait trop

L’ex-président pakistanais connaissait-il la planque de Ben Laden ?

Comment ignorer que le chef d’Al Qaida se trouvait à moins de deux heures de route d’Islamabad ?

Depuis sa capture, de nombreuses voix se sont élevées pour se demander comment l’état pouvait ignorer la présence d’Oussama Ben Laden à Abbottabad, ville qui abrite une prestigieuse école militaire, à moins de deux heures de route de la capitale pakistanaise.

L’accusation est cette fois portée par l’ancien directeur du renseignement pakistanais (ISI), le général Ziauddin Khawaja. Elle vise Pervez Musharraf, l’ancien président du pays.

Une première précision s’impose : le général Khawaja a été placé à la tête des renseignements par l’ancien Premier Ministre Nawaz Sharif, en 1997. Deux ans plus tard, Pervez Musharraf lance le coup d’état qui met fin au gouvernement de Nawaz Sharif. Le général Khawaja a par la suite passé deux ans à l’isolement en prison.

"Il a donc une bonne raison de s’en prendre à Musharraf", précise le journaliste de The Daily Beastqui revient sur l’affaire.

Reste que son réseau fait de Ziauddin Khawaja un homme bien informé. Il accuse aujourd’hui un autre membre des services de renseignement d’avoir lui même pris en charge la construction de la villa sécurisé d’Abbottabad, et d’avoir assuré sa sécurité. Le tout alors que Pervez Musharraf était parfaitement informé de la situation.

Interroger les personnes impliquées pourrait, à défaut de révéler qui cachait Ben Laden, au moins connaître qui cache son successeur Ayman al-Zawahiri, estime The Daily Beast.


Lu sur The Daily Beast

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !