Amiante : jusqu'à 100 000 décès sont attendus en France d'ici à 2050 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Amiante : jusqu'à 100 000 décès sont attendus en France d'ici à 2050
©

Mauvaise nouvelle

Amiante : jusqu'à 100 000 décès sont attendus en France d'ici à 2050

Le principal fléau redouté : une avalanche de cancers de poumons.

L'amiante pourrait à nouveau faire des ravages en France. D'après un nouveau rapport rendu publique par le Haut Conseil de la Santé Publique, l'isolant toxique pourrait être à l'origine de 68 000 à 100 000 nouveaux décès. Dans ce rapport, deux principaux facteurs de décès sont pointés du doigt.

"Il faut s'attendre 2009 et 2050 à un nombre de cancers du poumon dus à l'amiante de l'ordre de 50 000 à 75 000 auxquels s'ajoutent 18 000 à 25 000 décès dus au mésothéliome, sans même compter d'autres cancers tels que ceux du larynx ou des ovaires", a estimé le Haut Conseil de la Santé publique dans cette étude. Ces chiffres se basent sur des travaux de l'Institut de veille sanitaire.

Dans 80% des cas attribuée à l'exposition à l'amiante, la mésothéliome est un cancer de la plèvre. L'amiante, un matériau isolant fibreux, couramment utilisé dans le secteur du bâtiment pour ses propriétés d'isolation thermique et de protection incendie, provoque des maladies souvent graves qui peuvent se déclarer jusqu'à 30 à 40 ans après exposition.

L'institut de veille sanitaire révèle également qu'entre 199 et 2009, entre 61 000 et 118 000 décès étaient dus à l'amiante. L'organisation précise par ailleurs que le nombre de personnes atteintes de mésothéliome semble s'être stabilisé dans les années 2000. Une stagnation observée autant chez les femmes que les hommes, touchés à 69% contre 31% chez les femmes. 

lu sur lexpress

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !