Les 1% ripostent contre les indignés de Wall-Street | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les 1% ripostent contre
les indignés de Wall-Street
©

Contre-attaque

Les 1% ripostent contre les indignés de Wall-Street

Pointés du doigt par les indignés de Wall-Street, les 1% d'Américains les plus riches estiment que ces attaques sont "imbéciles".

"Parfois, il y a un fruit pourri, et pourtant nous dénigrons tout le panier"... Pour Jamie Dimon, PDG de JPMorgan Chase, prétendre que tous ceux qui sont riches "sont mauvais" est un non-sens.

Jamie Dimon est le responsable le mieux payé des six premières banques américaines : en 2010, sa rémunération atteignait 23 millions de dollars. Comme d'autres très riches Américains, il a décidé de contre-attaquer, par des discours, des lettres ouvertes et autres apparitions publiques...S'exprimer publiquement, raconter son histoire : voilà la solution trouvée par les 1% pour riposter aux indignés de Wall-Street. Une organisation à but non lucratif, "Job Creators Alliance", leur propose même de les aider dans cette entreprise de relations publiques.

Ces 1% ont gagné au moins 344 000 dollars en 2009, soit 262 000 euros. Leur revenu a triplé en 28 ans, quand celui de la moyenne des Américains n'a augmenté que de 62%. Résultat, les inégalités salariales se sont creusées, dépassant notamment celle de la Chine ou de l'Iran.

Les très riches ne sont pas tous sur la défensive. Il y a aussi ceux qui s'appellent eux-mêmes "les millionnaires patriotiques" et qui réclament une augmentation de l'impôt pour les très riches. Warren Buffett, entre autres, rejoint cette proposition, comme environ 2/3 des Américains.

Tom Golisano, milliardaire et créateur de Paychex Inc., ne l'entend pas de cette oreille... "Si j'entends une fois de plus un politicien utiliser l'expression "payer votre juste part", je vais vomir", déclare-t-il tout simplement.

Lu sur Bloomberg.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !