Allocations familiales : les fraudes ont augmenté de 20% en 2012 à 110 millions d’euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Allocations familiales : les fraudes ont augmenté de 20% en 2012 à 110 millions d’euros
©

Des chiffres en hausse

Allocations familiales : les fraudes ont augmenté de 20% en 2012 à 110 millions d’euros

Selon le ministère de la Famille, la hausse des fraudes détectées est due à une amélioration des méthodes de contrôle.

Halte aux fraudeurs ! La Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) veut mettre le holà aux dérives constatées. En effet, cet organisme de la Sécurité sociale a annoncé, confirmant ainsi une information d'Europe 1,  ce mercredi que les fraudes constatées étaient en hausse de 20% en 2012. Ce qui représente une somme de 110 millions d'euros.

Au total, 18 000 personnes ont ainsi fait l’objet d’un redressement de la Sécurité sociale, a confirmé la Cnaf. Selon le ministère de la Famille, la hausse des fraudes détectées est due à une amélioration des méthodes de contrôle. En effet, une nouvelle méthode a été mise en place, à titre d'expérimentation en 2011. Il s'agit du "data mining" qui permet de mieux cibler les contrôles. Ce système a été généralisée en 2012 dans l'ensemble des CAF. En clair, cette méthode permet d’établir un profil type à partir des données concernant les fraudeurs déjà identifiés. Les CAF passent ensuite au crible les dossiers en cours pour isoler les cas suspects et les vérifier. Dans plus de la moitié des cas, ils se révèlent être des fraudeurs.

En janvier 2013, la Cnaf avait fait part de "résultats encourageants" : alors qu’en 2011, 100 contrôles étaient nécessaires pour détecter 39 redressements (indus et rappels), en 2012 il y a eu 52 redressements pour 100 contrôles effectués. Une méthode efficace donc étant donné qu'un cas identifié sur deux s'avère être une fraude.

Lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !