Allemagne : le principal prix musical supprimé suite à un scandale d'antisémitisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Allemagne : le principal prix musical supprimé suite à un scandale d'antisémitisme
©AXEL SCHMIDT / AFP

Tranché

Allemagne : le principal prix musical supprimé suite à un scandale d'antisémitisme

Un "ECHO" avait récemment été attribué aux rappeurs Kollegah et ­Farid Ban, aux textes très controversés.

Clap de fin pour les "ECHOs". L'organisateur du principal prix de musique en Allemagne - équivalent des Victoires de la musique en France - a annoncé mercredi que cet évènement n'aura plus lieu. "On ne veut pas que ce prix de la musique puisse être considéré comme une plateforme pour l'antisémitisme, le mépris des femmes, l'homophobie ou la banalisation de la violence", a expliqué la Fédération de l'industrie musicale.

Cette décision intervient alors qu'une vive polémique continue d'enfler outre-Rhin. Il y a deux semaines, les ECHOs ont remis un prix dans la catégorie hip-hop à deux rappeurs, Kollegah et Farid Ban. Problème : les deux hommes sont accusés d'écrire des textes antisémites. Dans leur dernier album qui répond au doux nom de "Jung, brutal, gutaussehend 3" (« Jeune, brutal, beau gosse 3 »), une des chansons parle de "mon corps plus dessiné que ceux des prisonniers d’Auschwitz", tandis qu’une autre appelle à "commettre à nouveau un Holocauste". Les deux rappeurs ont rejeté les accusations d'antisémitisme.

En réponse, plusieurs artistes avaient décidé de rendre leur prix, notamment le violoniste français Renaud Capuçon. Comme le rappelle Le Monde, cette polémique intervient surtout dans un contexte très particulier, une semaine après l’agression d'une jeune portant une kippa à Berlin.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !