Allemagne : des infrastructures de transport en ruine, et des conséquences terribles pour l'économie du pays | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Allemagne : des infrastructures de transport en ruine, et des conséquences terribles pour l'économie du pays
©

Vieillot

Allemagne : des infrastructures de transport en ruine, et des conséquences terribles pour l'économie du pays

Les ponts, autrefois flambants neufs, sont en bout de course et certaines voies de chemin de fer n'ont pas été rénovées depuis l'époque des kaisers.

Les belles autoroutes et les trains à l'heure contribuent presque autant à l'image de l'Allemagne que Beethoven et Goethe. Mais les fameuses infrastructures de transport allemandes sont en train de s'user à vitesse grand V. Les ponts, autrefois flambants neufs, sont en bout de course, certaines voies de chemin de fer n'ont pas été rénovées depuis l'époque des kaisers, et l'entretien des écluses est négligé depuis très longtemps, détaille le Washington Post.

Le réseau autoroutier et ferroviaire allemand est l'un des plus denses et des plus développés au monde. Mais les embouteillages commencent à enrayer les exportations du pays, expliquent les experts. Il faudrait doubler le niveau des dépenses actuelles, simplement pour maintenir le statu quo. Depuis qu'Angela Merkel est chancelière, de nombreuses voix s'élèvent pour que le problème soit pris à bras le corps.

"L'Allemagne est le deuxième pays exportateur de biens et services dans le monde, mais seulement si notre système de transport fonctionne", résume Kurt Bodewig, ancien ministre des Transports. "Autrement, notre pays sera dans une situation dangereuse." Kurt Bodewig a récemment mené une commission fédérale recommandant de dépenser 7,1 milliards d'euros de plus par an dans les infrastructures, simplement pour entretenir le réseau actuel. 

La nouvelle coalition d'Angela Merkel prévoit d'augmenter les dépenses de seulement 20% de la somme recommandée par Kurt Bodewig.

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !