Alertes à la bombe dans des lycées parisiens : un jeune homme de 18 ans a été interpellé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Les officiers de la Sûreté territoriale parisienne ont été envoyés près de Dijon, où le suspect a été interpellé, afin de pouvoir l'interroger.
Les officiers de la Sûreté territoriale parisienne ont été envoyés près de Dijon, où le suspect a été interpellé, afin de pouvoir l'interroger.
©Reuters

Enquête

Alertes à la bombe dans des lycées parisiens : un jeune homme de 18 ans a été interpellé

Depuis plusieurs semaines des lycées parisiens et européens ont été menacés par de fausses alertes à la bombe avant d'être évacués.

Selon plusieurs sources proches de l'enquête et citées par l'AFP, un jeune homme âgé de 18 ans a été arrêté ce lundi dans le cadre de l'affaire des menaces anonymes qui ont visé plusieurs lycées parisiens depuis le début du mois de janvier. Les officiers de la Sûreté territoriale parisienne ont été envoyés près de Dijon, où le suspect a été interpellé, afin de pouvoir l'interroger. 

"Les investigations techniques menées par l'Office central de lutte contre la cybercriminalité (OCLCTIC) ont mené les enquêteurs à l'adresse IP (numéro d'identification de la connexion internet) de ce jeune homme. Son rôle éventuel dans cette affaire reste encore à déterminer (…) L'enquête cherche à établir s'il y a un lien entre les appels visant des lycées parisiens et les menaces contre des établissements de province, notamment à Lyon. Rien n'est exclu ", ont expliqué ces différentes sources proches du dossier. 

Par ailleurs, d'après les informations de la chaîne Itélé, deux ordinateurs, une clef USB, des images pédopornographiques et des plants de cannabis ont également été saisis, et le père du jeune homme se trouverait lui aussi en garde à vue. 

 
Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !