Alerte sur les bourses chinoises, fermeture anticipée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Alerte sur les bourses chinoises, fermeture anticipée
©Reuters

Grande première

Alerte sur les bourses chinoises, fermeture anticipée

L'effondrement de l'indice CSI300 a pour la première fois déclenché une suspension anticipée des échanges pour la journée.

C'est la première fois que la Chine connaît une telle situation. En effet, l'indice CSI300 a dévissé, provoquant la fermeture des Bourses. Les places de Shanghai et Shenzhen ont stoppé leurs échanges ce lundi après une chute de 7%. Celle de Shanhai a perdu 6,85 % et celle de Shenzhen, 8,19%. Les échanges avaient déjà été interrompus une première fois pour quinze minutes, sans réussir à empêcher la baisse des cours.

"La chute se produit alors que l'activité manufacturière s'est de nouveau contractée dans la deuxième économie mondiale en décembre, pour le cinquième mois consécutif", selon des statistiques publiées samedi. L'expiration prochaine de mesures prises par les autorités pour enrayer la chute des marchés en 2015 rend aussi les investisseurs nerveux. "Le marché est inquiet de la levée prochaine d'une règle qui empêche les actionnaires de vendre. La pression va continuer à peser sur le marché dans les jours qui viennent" a indiqué Zhang Gang, analyste de Central China Securities. 

En cas d'oscillation extrêmement rapide des cours, si l'indice CSI300, dont les poids lourds incluent les géants pétroliers et bancaires du secteur étatique, perd ou gagne 7 %, les échanges sont suspendus pour le reste de la séance afin d'éviter des "risques systémiques", c'est-à-dire un effet de panique. C'est donc ce qui s'est produit ce lundi, ce qui ne sera pas sans conséquence sur les bourses européennes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !