Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Licenciements

Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari

Le groupe Airbus a annoncé la suppression de 15.000 postes, dont 5.000 en France. Le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, mise sur l'activité partielle longue durée et l'investissement sur la nouvelle génération d'avions verts pour éviter les licenciements.

Après les annonces d'Airbus, les dispositifs d'aide de l'Etat devraient permettre de "sauver" 2.000 emplois sur les 5.000 postes qu'Airbus entend supprimer en France. Le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a tenté de rassurer les salariés d’Airbus à travers cette annonce sur BFMTV et RMC : 

"On a fait les calculs cette nuit. Si vous mettez en place l'activité partielle longue durée [...], c'est 1.500 emplois qui seraient sauvés. On investit aussi massivement sur l'avion de demain, la nouvelle génération d'avions verts, sobres en carbone, c'est 500 emplois qui vont être sauvés pour Airbus. Déjà 2.000 emplois !". 

Airbus a annoncé mardi la suppression d'environ 15.000 postes, soit 11% de ses effectifs, dont 5.100 postes en Allemagne, 5.000 en France, 1.700 au Royaume-Uni, 900 en Espagne et 1.300 sur les autres sites du groupe à travers le monde. Si le constructeur n'exclut pas des licenciements, il compte sur les départs volontaires, des mesures de retraite anticipée et sur les dispositifs de chômage partiel pour les limiter.

Ces suppressions de postes devraient toucher la branche aviation commerciale du groupe – également présente dans la défense, l'espace et les hélicoptères – ainsi que plusieurs filiales comme la française Stelia Aerospace ou encore l'allemande Premium Aerotec.

Selon Guillaume Faury, le président exécutif du groupe, la crise engendrée par la pandémie de Covid-19 met en jeu la "survie d’Airbus", selon une lettre adressée aux salariés, citée par la rédaction de Franceinfo :

"L'ampleur de la crise du Covid-19 pour notre secteur impose à Airbus de s'adapter. Cette adaptation signifie en fait une réduction significative du format de notre entreprise. Après des décennies de croissance ininterrompue, c'est une véritable épreuve. Elle nous contraint à des décisions amères".

Les syndicats n'ont pas caché leur colère et leurs inquiétudes face aux annonces de suppression d'emplois. 

Franceinfo - BFMTV - RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !