Air France : Frédéric Gagey détaille les suppressions d'effectifs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Air France : Frédéric Gagey détaille les suppressions d'effectifs
©

Dégraissage

Air France : Frédéric Gagey détaille les suppressions d'effectifs

Les personnels au sol vont être particulièrement touchés par cette restructuration.

Le plan de suppression de postes annoncé par Air France, le 18 septembre dernier, entre dans sa phase de mise en application. C'est au cours d'un comité central d'entreprise organisé vendredi que Frédéric Gagey, le PDG de la compagnie, a détaille les activités concernées par cette réorganisation. Les personnels au sol seront particulièrement touchés par les réductions d'effectifs, 1 800 postes devant être supprimés. Les "escales de province" sont particulièrement visées même si aucune d'elles ne devrait fermer. Marseille va perdre 188 postes, un chiffre quasiment égal à ceux de Nice (104) et Toulouse (90) réunis. Aux 700 postes supprimés en escales s'ajouteront 600 personnes à Roissy, 100 à Orly, 300 dans l'activité cargo et une autre centaine au sein de l'administration.

Frédéric Gagey n'a cependant pas détaillé la partie du plan de restructuration qui concerne 350 pilotes ainsi que 700 hôtesses et stewards. La CGT dénonce de son côté un "dépeçage" de la compagnie et estime que "s'opposer à  ce plan relève de la légitime défense". Le plan d'Air France a, en revanche, reçu un accueil positif de la part de la  SPNL, le syndicat majoritaire chez les pilotes. "Le modèle moyen-courrier tout entier doit être repensé pour être plus cohérent avec la réalité du marché", a affirmé Jean-Louis Barber, président du SNPL Air France Alpa

Selon Michel Salomon, représentant de la CFDT cité par l'AFP, les économies réalisées grâce aux suppressions de postes (150M€) et à une meilleure organisation des services et du travail (60M€) ont été chiffrées à 210 millions d'euros.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !