Des renforts venus d'Europe pour les Talibans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des renforts venus d'Europe pour les Talibans
©

Afghanistan

Des renforts venus d'Europe pour les Talibans

L'OTAN s'inquiète de l'afflux de djihadistes étrangers, dont des Français, à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan.

La coalition internationale présente en Afghanistan constate un nombre grandissant de combattants européens venus soutenir les Talibans en Afghanistan.

Le 8 mai dernier, une patrouille de l'OTAN a tué 10 militants islamistes dans une embuscade au Sud-est du pays. Les militaires occidentaux ont retrouvé des cartes d'identité françaises, pakistanaises et saoudiennes sur les insurgés.

Un membre d'Al Qaïda d'origine marocaine ayant vécu en Allemagne aurait expliqué à l'OTAN qu'il a lui aussi constaté un afflux d'étrangers vers le Pakistan pour aller combattre en Afghanistan. Aujourd'hui détenu par la coalition internationale, il a confié comment on lui avait proposé, en Iran, de devenir kamikaze pour les Talibans.

Les autorités allemandes estiment que 220 de leurs ressortissants auraient reçu un entraînement des Talibans au Pakistan depuis 2001. Une quarantaine d'entre eux seraient toujours dans les zones tribales. Les autres seraient revenus en Allemagne, où ils ont été placés sous étroite surveillance.

Les services français seraient certains de la présence de 20 ou 30 Français à la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan. D'autres sources évoquent un nombre plus proche de 200. Les gouvernements européens seraient toutefois moins inquiets de leur participation aux combats sur le terrain (leur influence étant marginale) que de leur retour, endoctrinés et entraînés, sur le sol européen. 

Lu sur CNN

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !