Affaire Grégory : en détention, Murielle Bolle entame une grève de la faim | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Affaire Grégory : en détention, Murielle Bolle entame une grève de la faim
©D.R.

Protestation

Affaire Grégory : en détention, Murielle Bolle entame une grève de la faim

"Elle est à l’isolement mais elle n’en peut plus. Elle vit un cauchemar ! Elle clame son innocence", assure son avocat, Me Christophe Ballorin.

Mise en examen dans le cadre de l'enquête sur l’affaire Grégory et incarcérée jeudi 29 juin à la maison d’arrêt de Dijon, Murielle Bolle a entamé ce jeudi une grève de la faim, a indiqué son avocat Me Christophe Ballorin.

"Mme Bolle vit un calvaire Elle est menacée de mort (…) elle est à l’isolement mais elle n’en peut plus. Elle vit un cauchemar ! Elle clame son innocence. Comme elle, nous demandons une confrontation avec son cousin le plus vite possible. Pour protester, Murielle Bolle a débuté ce jour une grève de la faim…", explique Me Christophe Ballorin.

L’avocat assure également avoir reçu "beaucoup d’appels de gens scandalisés, et même de magistrats, qui estiment que l’incarcération de Murielle Bolle, mineure de 15 ans au moment des faits, constitue une atteinte aux libertés publiques".

>>>> À lire aussi : Affaire Grégory : les enquêteurs résoudront-ils le mystère en misant sur le sentiment de culpabilité ?

"Elle s’est montrée extrêmement déterminée, elle s’est montrée d’autant plus déterminée que je lui ai donné connaissance des procès-verbaux d’audition du cousin qui l’accule", rapporte, sur BFMTV, Me Ballorin dénonçant "un tissu de mensonge".

Murielle Bolle est dans le viseur de la justice en raison d'un témoignage vieux de 32 ans : alors âgée de 15 ans, elle avait accusé Bernard Laroche du rapt du garçon de quatre ans retrouvé mort dans la Vologne, le 16 octobre 1984, avant de se rétracter brusquement, et de ne plus revenir sur sa dernière déclaration.

Lu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !