Affaire Dupont de Ligonnès : nouvelles recherches ce jeudi dans le Var | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Les fouilles ont commencé ce jeudi dans le Var
Les fouilles ont commencé ce jeudi dans le Var
©Reuters

Suite du feuilleton

Affaire Dupont de Ligonnès : nouvelles recherches ce jeudi dans le Var

Les gendarmes ont prévu de fouiller toute la journée des grottes de cette zone du massif des Maures, où des repérages avaient été effectués il y a deux semaines.

Xavier Dupont de Ligonnès reste introuvable et cela dure trop longtemps au goût des enquêteurs. Le principal suspect de l'assassinat de sa femme et de leurs quatre enfants, en 2011 à Nantes, et mystérieusement disparu depuis, se cacherait-il ? Se serait-il suicidé ? Les questions demeurent. Et pour tenter d'y répondre, de nouvelles recherches ont débuté ce jeudi matin dans le Var.

Sous la direction du juge nantais Robert Tchalian, une cinquantaine de personnes - enquêteurs des polices judiciaires (PJ) de Nantes et de Toulon, gendarmes du Var et pompiers - se sont déployés entre la Garde-Freinet et les Maillons, au sud de Draguignan. Ils ont prévu de fouiller toute la journée des grottes de cette zone du massif des Maures, où des repérages avaient été effectués il y a deux semaines.

Après deux années d'enquête, les corps des victimes ayant été découverts le 21 avril 2011, aucune trace de Xavier Dupont de Ligonnès, ni vivant ni mort, n'a été retrouvée, en dépit d'un mandat d'arrêt international, de plus de 700 signalements, plus de 2 000 procès verbaux d'audition et d'investigations. Sa trace se perd après un séjour à l'hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens, le 15 avril 2011 au matin. La thèse du suicide a très tôt été évoquée par le parquet de Nantes, mais l'absence de corps n'a pas permis de l'attester.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !