Affaire Dupont de Ligonnès : des policiers ont perquisitionné un monastère dans le Var | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Affaire Dupont de Ligonnès : des policiers ont perquisitionné un monastère dans le Var
©Thomas COEX / AFP

Suite de l'affaire

Affaire Dupont de Ligonnès : des policiers ont perquisitionné un monastère dans le Var

Une opération a été menée mardi matin à Roquebrune-sur-Argens, où des témoins ont indiqué avoir vu un homme ressemblant au père soupçonné d'avoir exécuté sa famille.

Durant quelques heures ce matin, on a bien cru à un rebondissement dans une des énigmes criminelles françaises les plus mystérieuses. Une opération de police s'est déroulée ce 9 janvier, dans un monastère de Roquebrune-sur-Argens, situé dans le Var. Leur objectif : interpeller Xavier Dupont de Ligonnès.

Selon Ouest-France, cette opération intervient après le témoignage de personnes qui auraient indiqué avoir vu un homme ressemblant beaucoup à ce  père de famille - soupçonné d'avoir assassiné son épouse et leurs quatre enfants - lors d'une messe au Saint-Désert Notre-Dame-de-Pitié, un monastère de frères carmes.

Après avoir passé près de deux heures sur place, les enquêteurs (une vingtaine de policiers de la PJ d'après Ouest France) ont quitté l'établissement religieux. Sans trouver de traces du fugitif. Si le suspect a été signalé dans de nombreux endroits (parfois en Afrique ou en Thaïlande), ce signalement intéressait beaucoup la police, car c'est dans le Var que le père de famille avait été vu pour la dernière fois, le 14 avril 2011.

Xavier Dupont de Ligonnès est soupçonné d’avoir assassiné sa femme et ses quatre enfants, début avril 2011, à Nantes. Tous ont été enterrés dans le jardin de la maison familiale, qui avait été nettoyée de fond en comble.

Lu sur Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !