Affaire Cahuzac : Ayrault rejoint Borloo pour la création d'une commission d'enquête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Marc Ayrault demande la création d'une commission d'enquête suite à l'affaire Cahuzac
Jean-Marc Ayrault demande la création d'une commission d'enquête suite à l'affaire Cahuzac
©Reuters

Entente cordiale

Affaire Cahuzac : Ayrault rejoint Borloo pour la création d'une commission d'enquête

Le Premier ministre a apporté ce mercredi son soutien à l'initiative du président de l'UDI de créer une commission d'enquête sur l'action du gouvernement durant l'affaire Cahuzac.

Une loi sur la transparence politique. Tel est le nouveau credo de François Hollande. Il faut moraliser la vie politique coûte que coûte. Ainsi un projet de loi devrait être présenté en conseil des ministres le 24 avril. Ce texte étant amené à être voté d'ici à cet été. Pour autant cela ne veut pas dire que d'autres projets ne sont pas étudiés par le gouvernement. Ainsi, ce mercredi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a apporté son soutien à l'initiative du président de l'UDI Jean-Louis Borloo de créer une commission d'enquête sur l'action du gouvernement durant l'affaire Cahuzac.

"Je n'ai aucun doute que l'Assemblée nationale décidera la création d'une commission d'enquête à votre initiative", a déclaré Jean-Marc Ayrault répondant à Jean-Louis Borloo, qui préside également le groupe UDI à l'Assemblée, lors des questions au gouvernement. "Nous sommes dans un régime qui a un caractère parlementaire et le rôle de contrôle qui est le vôtre doit être totalement respecté", a-t-il ajouté, assurant qu'il n'y avait pas non plus "d'obstacle du point de vue de la garde des Sceaux". Le Premier ministre a aussi mis la droite au défi de voter la loi sur la transparence politique dont François Hollande a présenté les grandes lignes après le conseil des ministres.

Selon les nouvelles règles voulues par l'exécutif socialiste, les patrimoines des ministres et des élus seront publiés et vérifiés, un "déballage" dénoncé par de nombreux parlementaires. "Mesdames et messieurs hurleurs de la droite, serez-vous au rendez-vous de la transparence, serez-vous au rendez-vous de la sévérité, serez-vous au rendez-vous de la lutte contre la fraude fiscale (...), serez-vous au rendez-vous de la lutte contre les paradis fiscaux", a demandé le chef du gouvernement lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

Jean-Marc Ayrault répond donc au souhait que Jean-Louis Borloo avait émis plus tôt dans la journée. Le président de l'UDI, sur le plateau d'iTélé, avait demandé que la commission de transparence qui reçoit les déclarations d'avoirs des élus, ait les moyens de mener un travail d'enquête "professionnel et sérieux". "Il faut qu'elle ait des moyens d'investigation", a demandé l'ex-ministre. "D'abord le parjure : il faut que les ministres soient entendus avant d'être nommés, comme aux États-Unis, qu'ils prêtent serment". Puis "il faut que cette commission puisse saisir les moyens des douanes, du fisc, voire de la police judiciaire", estime l'ancien maire de Valenciennes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !