2017 : Manuel Valls doit "se préparer" selon Jean-Marie Le Guen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
2017 : Manuel Valls doit "se préparer" selon Jean-Marie Le Guen
©Reuters

Présidentiable

2017 : Manuel Valls doit "se préparer" selon Jean-Marie Le Guen

Le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement déclare dans le JDD que si François Hollande n'était pas candidat, il "n'imagine pas que Manuel Valls ne prenne pas ses responsabilités".

Ira, ira pas ? La question de la candidature de Manuel Valls a la présidentielle de 2017 se pose, alors que François Hollande a déclaré qu'il ferait part de ses intentions en décembre. Interrogé par le Journal du Dimanche, le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, rappelle que "François Hollande a dit depuis plusieurs mois qu'il apporterait début décembre la réponse à la question de sa candidature. Ce faisant, il laissait ouverte l'idée d'être candidat, mais aussi de ne pas l'être."

Pour ce proche de Manuel Valls, il "ne peut y avoir de compétition" entre le président et son Premier ministre. "La démarche de Manuel Valls, c'est la loyauté et la responsabilité. Mais il y a une question qui nous est posée à nous tous : qui est le mieux placé pour porter nos espoirs et notre combat?", poursuit-il.

A ce titre, "il n'a rien à imposer, il doit simplement se préparer à d'autres éventualités" si François Hollande était candidat. Si d'aventure ce n'était pas le cas, "je n'imagine pas que Manuel Valls ne prenne pas ses responsabilités", dit Jean-Marie Le Guen. "S'il devait être en situation, il bénéficierait d'un très large soutien. Les parlementaires, et plus largement les socialistes et les progressistes, veulent très largement dépasser les querelles d'hier.", assure-t-il.

Concernant Emmanuel Macron, Jean-Marie Le Guen met en garde : "La division, qu'elle vienne d'une fronde à gauche ou à droite, peut aboutir non seulement à la défaite, mais à la marginalisation historique de la gauche. Ceux qui en prendront la responsabilité sont voués à être rejetés par l'Histoire."

Lu dans le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !