#MeToo : "Il ne saurait y avoir de tribunal médiatique" prévient François Molins | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
#MeToo : "Il ne saurait y avoir de tribunal médiatique" prévient François Molins
©Reuters

Présomption d'innocence

#MeToo : "Il ne saurait y avoir de tribunal médiatique" prévient François Molins

Interrogé par le Parisien, le procureur rappelle le droit à la présomption d'innocence.

Figure désormais bien connue des Français, le procureur antiterroriste François Molins s'occupe aussi de la justice du quotidien à Paris. L'occasion pour lui de revenir sur le mouvement #BalanceTonPorc et #MeToo. "Si cela permet de prendre conscience de la gravité de certains comportements, d’identifier et de punir des gens ayant commis des infractions -bref, si cette chape de plomb cède enfin-, c’est très bien. Mais il ne faudrait pas que « rumeur » vaille « condamnation »" souligne-t-il au Parisien. "Il existe un droit absolu à l’information mais il ne saurait y avoir de tribunal médiatique."

Entre l'incarcération de Tariq Ramadan et le classement de la plainte contre Darmanin, il n'existe pas de justice à deux vitesses assure le procureur. "Nous avons déjà démontré, au parquet de Paris, que nous n’avions pas peur de mettre en cause des gens haut placés, voire des membres du gouvernement" explique-t-il.

Que peut-il conseiller à une femme victime d'agression sexuelle ? "De le signaler sans attendre" affirme-t-il. "Plus une victime tarde à le faire, plus elle rend difficile le travail de la police et de la justice. En gardant les choses pour soi, on ne rend service à personne et surtout pas à soi."

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !