Croissance : elle sera de 1% en France en 2014, selon le FMI | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Croissance : elle sera de 1% en France en 2014, selon le FMI
©

Lot de consolation

Croissance : elle sera de 1% en France en 2014, selon le FMI

Entre l'Allemagne et l'Europe du sud, les nouveaux chiffres du Fonds Monétaire International soulignent la position médiane de la France.

Selon les toutes dernières prévisions du Fonds Monétaire International (FMI), la croissance française devrait observer une hausse de 1% en 2014, puis de 1,5% en 2015. Très légèrement inférieur aux taux de croissance sur l'ensemble de la zone euro, ce chiffre place la France en tête... des élèves moyens. Devant les deux rescapées de la récession que sont l'Italie et l'Espagne (respectivement créditées de 0,6 et 0,9 % en 2014), la France reste devancée par son voisin allemand, crédité d'une croissance prévisionnelle de 1,7 % pour l'année 2014.

Les experts du FMI pointent la position médiane de la France sur un autre terrain : celui du chômage. Oscillant entre l'Allemagne et les pays de l'Europe du sud (12,4% pour l'Italie, 25,5% pour l'Espagne), l'Hexagone devrait accuser un taux de chômage de 11% en 2014, puis de 10,7% en 2015. L'Allemagne profite quant à elle d'un taux de chômage de 5,3%.

Selon le même diagnostic, sur la question des comptes extérieurs, la France est désormais le seul pays déficitaire de la zone euro, à l'ombre de l'Allemagne et des Pays-Bas qui affichent des surplus colossaux respectivement estimés à 7,5% et 10,4% de leur PIB.

Loin d'être brillants, ces chiffres prévisionnels ont enfin inspiré un questionnement à la direction du FMI : "Pourquoi la France qui, du point de vue de ses fondamentaux, n'est pas tellement différente du cœur de la zone euro a-t-elle une situation bien plus difficile?". La question mérite d'être clairement posée...

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !