Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech

High-tech

WWDC 2018 : petit millésime pour Apple qui préfère jouer la sécurité à la conquête

Apple a tenu lundi soir sa conférence annuelle Worldwide Developers.

Apple a tenu lundi soir sa conférence annuelle Worldwide Developers. Quelles sont les principales annonces concernant les mises à jour logicielles ?

 
Gilles Dounès : Apple a présenté beaucoup de petites nouveautés sur les OS de ses 4 familles de produits (Mac ; iPhone/iPad ; Apple Watch ; Apple TV), avec cependant une attention particulière portée à MacOS et surtout à iOS. C’est d’ailleurs normal puisque c’est à la fois l’iPhone qui contribue le plus, et de loin, à la trésorerie d’Apple, qui draine le plus de développeurs à  présent que la conférence des développeurs qui se tient traditionnellement en juin regroupe l’ensemble des plate-formes des logiciels de la marque. Mais c’est aussi sur l’iPhone qu’Apple a davantage de contrôle sur l’ensemble de la plate-forme, dans la mesure où c’est également la firme de Cupertino qui conçoit la puce intégrée de son smartphone, auquel elle réserve ses nouveautés avant de les diffuser sur ses tablettes, son boitier TV ou sa montre connectée. 
 
Parmi ces annonces, on peut ainsi citer pêle-mêle pour iOS une amélioration significative des performances à puissance consommée égale (ce qui fait que les matériels compatibles avec iOS 10.11 le seront également avec iOS 10.12), une évolution significative du support de la réalité augmentée, un nouveau FaceTime multi-utilisateurs (jusqu’à  32 participants), un contrôle parental renforcé avec également un outil d’(auto)évaluation du temps passé à utiliser son iPhone, ainsi que sur chaque application. Toujours en mode « détox » il y aura également un outil de gestion plus fine des alertes, pour ne citer que quelques nouveautés, mais le millésime semble plus prendre en compte les besoins d’un public plus jeune, ainsi que ceux de leurs parents : les jeunes générations ont en effet de plus en plus accès à l’iPhone ou à l’iPad sur un mode personnel, voire privatisé…Traditionnel point fort de la marque, le respect de la vie privée a en outre fait l’objet d’une attention particulière. 
 
 C’est également le cas au chapitre de Mac OS, en particulier au niveau de Safari. Un nouveau mode en fond sombre caractères clairs baptisé « Dark Mode » fait son apparition  (les adversaires viscéraux de la marque vont pouvoir s’en donner à coeur joie avec « le côté obscur »…), sensé améliorer la concentration. Dans cette nouvelle mouture baptisée Mojave, le bureau et le Finder ont fait l’objet d’une attention toute particulière, avec des outils revenus du passé comme les Piles de documents ou même annoncés ou jamais fournis comme la modification des documents sans les ouvrir directement à partir du Finder. D’autres sont plus anecdotiques (comme le bureau dont le fond d’écran évolue selon l’heure de la journée) sont tournées vers l’utilisateur et la facilité d’utilisation. C’est le cas notamment, l’amélioration du logiciel de capture d’écran par exemple la liste est trop longue pour être détaillée ici, mais il s’agit incontestablement  d’un bon cru si toutefois l’utilisation n’est pas polluée par des bugs trop gênants. 
 
 
 

Cette conférence a-t-elle satisfait les attentes des développeurs, et au-delà, du grand public ?

 
Cette conférence qui ouvre le dernier grand rendez-vous institutionnel de la marque, avec peut-être la présentation de l’iPhone en septembre, attire de plus en plus l’attention d’un public plus large que les développeurs auxquels elle était auparavant destinée, évolution qu’Apple a pris en compte par l’ouverture plus large aux médias traditionnels que ce n’était le cas auparavant, mais également au niveau du contenu.
 
On a ainsi pas entendu un enthousiasme délirant dans le public, même si les avancées au niveau de la réalité augmentée (ARKit 2), de l’intelligence artificielle (machine learning), de l’amélioration et de l’ouverture de Siri et surtout l’amélioration de l’efficacité de la plate-forme ARM de la marque sont réelles. Maintenant, les développeurs qui ont payé cher le droit d’être là ont toute une semaine pour partager avec les ingénieurs d’Apple qui sont à leur disposition dans les différents ateliers. 
 
Mais, tout comme pour les utilisateurs finaux, il faudra avoir les produits réellement en main pour savoir si ce millésime a rencontré les attentes de chacun. Il semble toutefois que la partie « contrôle parentale » et « protection de la vie privée » ait fait l’objet d’une demande pressante de la part des utilisateurs dans le contexte actuel.
 

Concernant les annonces sur les produits, Apple a-t-il réussi à apporter de réelles innovations ? Avec le nouveau Macbook notamment ?

 
Il n’y a pas eu d’annonces matérielles ce soir. Il faut dire que les 2 heures de la keynote ont été bien remplies, et Craig Federighi a mené la dernière tambour battant. Les différents Apple stores en ligne affichent uen disponibilité immédiate pour les modèles dont la livraison était décalée, sans que leur configuration ait changé. Y a t-il eu un problème de dernière minute, en particulier où la décision de décaler les annonces au dernier moment pour ne pas risquer de parasiter les annonces de ce soir si mise à jour de la gamme il devait y avoir, celle ci se fera à présent par voie de communiqué de presse, de façon plus discrète. il est vrai que Intel n’a pas grand chose à proposer de nouveau  depuis quelques mois.
 

Apple a reporté certaines annonces à 2019. Pour quelles raisons ?

 
La firme à la pomme est en pleine réorganisation, avec l’ouverture de son nouveau campus de Cupertino voici quelques mois, et alors qu’un second, voire un 3ème en dehors de la Californie seraient même en préparation. De fait, certains résultas n’ont pas toujours été à la hauteur des standards de qualité que la marque se fixe à elle même, en particulier en ce qui concerne le Mac. Du coup, il n’est pas étonnant que celle-ci cherche à optimiser la qualité de ce qu’elle présente, quitte à allonger les dates de livraison. A moins que celles-ci ne coïncident qu’avec des changements plus substantiels projetés pour l’année suivante.
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.