Vous avez tous lu que les textos tuent le dos : le démenti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
L’envoi d’un sms par téléphone portable oblige à une certaine inclinaison de la tête en avant.
L’envoi d’un sms par téléphone portable oblige à une certaine inclinaison de la tête en avant.
©Reuters

Contre courant

Vous avez tous lu que les textos tuent le dos : le démenti

Selon une série d'articles publiés par le chirurgien Kenneth Hansraj pour la revue "Surgical Technology International", l'utilisation du téléphone portable, et notamment le fait de naviguer sur internet ainsi que d'envoyer des SMS, ferait subir à l'épine dorsale une pression importante, au risque de l'abîmer sérieusement.

Hervé Boutin

Hervé Boutin

Hervé Boutin est ostéopathe, diplômé de la Faculté de ParisVI/XIII.

Voir la bio »

Atlantico : Quel fait-on subir à sa colonne vertébrale lorsque l'on envoie un sms ? Les articulations concernées sont-elles vraiment inadaptées pour ce type de position ?

Hervé Boutin : L’envoi d’un sms par téléphone portable oblige à une certaine inclinaison de la tête en avant. Certes des pressions sont exercées sur les vertèbres cervicales lors de cette flexion antérieure de la tête mais la biomécanique de la colonne vertébrale, en particulier cervicale, est adaptée entre autre aux mouvements de flexion et d’extension.

A la flexion antérieure correspond une réponse appropriée de la musculature postérieure, ce qui permet de garder l’équilibre. Dans le cas présent on sollicite cette réponse pour le seul poids de la tête, c’est-à-dire dans des conditions physiologique normales, sans ajouter de contrainte extérieure. Il ne s’agit là que d’une utilisation physiologique du corps.

Comme en toute chose il faut savoir garder  « le juste milieu » et utiliser raisonnablement son téléphone.

En quoi cette position diffère-t-elle de celle où on lit un livre, par exemple ?

L’utilisation du téléphone portable pour écrire des sms ne sollicite pas plus la colonne que lorsqu’on lit un livre ou un journal, pas plus que lorsqu’on regarde où on met les pieds quand on marche, pas plus que lorsqu’on cherche des champignons ou tout autre chose étant sur le sol. Peut-on dire que marcher représente un danger pour la colonne cervicale ?

Existe-t-il d'autres positions qui elles sont réellement néfastes ?

Il existe bien d’autres positions plus néfastes pour la colonne cervicale, l’hyper flexion postérieure fréquente du rachis cervical en est une, par exemple le fait de lire un écran d’ordinateur avec des lunettes à double foyer ou tout autre activité nécessitant de regarder en l’air de façon prolongée.

L’hyper flexion postérieure du rachis cervical provoque l’extension forcée du rachis dorsal, qui n’est pas adapté à cette fonction, provoquant à la longue de vrais désordres fonctionnels des vertèbres dorsales.

Comment de tels articles scientifiques peuvent-ils avoir autant d'écho, alors que leur sérieux est objectivement considéré comme relatif ?

A mon avis la plus grande responsabilité incombe aux médias qui publient ces documents sans en analyser le contenu, donnant ainsi une audience à des études pseudo scientifiques écrites par des personnes en mal de reconnaissance. En matière médicale, la référence est « the lancett » revue médicale scientifique. On peut  faire écho à un article du Lancett sans aucun risque polémique quant à son contenu scientifique. Les rédactions de journaux devraient se servir de ce filtre et ne pas céder aux sirènes d’un article à sensation.

Nous assistons à une réaction en chaine. (Si tel journal publie tel article, c’est du sérieux !) Ainsi sans vérification du contenu, la totalité ou presque, des médias publie une information fumeuse.

En fait je pense que, outre l’auteur de la pseudo-étude, une très grande responsabilité incombe aux agences de presse qui ont initialement diffusé cette information.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !