Victime de ses facilités | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Ce roman est présenté comme une pièce de théâtre. Certains pourront faire un lien avec La Cerisaie de Tchekov, bien qu'on soit loin chez Patrick Besson de la douce mélancolie tchekovienne...
Ce roman est présenté comme une pièce de théâtre. Certains pourront faire un lien avec La Cerisaie de Tchekov, bien qu'on soit loin chez Patrick Besson de la douce mélancolie tchekovienne...
©éditions Stock

Atlanti-culture

Victime de ses facilités

Livre

Dis-moi pourquoi

de Patrick Besson

Ed. Stock

17 Euros

152 pages

L'auteur

Patrick Besson est écrivain, journaliste et polémiste.  Auteur d’une centaine de livres depuis le début de sa carrière en 1974. Il écrit vite et bien, romans, récits, nouvelles, pastiches, pièces de théâtre, pamphlets, recueils d’articles et chroniques.

Il est membre du jury du prix Renaudot.

Thème

 Règlements de compte en famille sur les bords de l’Adour, à l’occasion de la visite d’un inspecteur du fisc.

L ’imprévu, la folie, règnent chez les Cauterets.

Julie, la jeune fille de la famille, a un problème : les hommes la quittent mais ne lui disent jamais pourquoi.

Mais nous, les lecteurs, nous saurons pourquoi : Julie est une croqueuse d'hommes, au propre et au figuré !

Points forts

- La plume de Patrick Besson.

- Ce roman est présenté comme une pièce de théâtre. Certains pourront faire un lien avec La Cerisaie de Tchekov, bien qu'on soit loin chez Patrick Besson de la douce mélancolie tchekovienne...

- Les répliques fusent, l’ironie et l’absurde sont rois.

- Le dénouement surréaliste, bon dans le genre...

Points faibles

- Loufoquerie et cannibalisme…pourquoi pas ? Mais finalement, le livre ne restera dans les mémoires que pour la dernière page, la page 152.

En deux mots

Un vaudeville cruel, fil rouge d' un petit roman distrayant mais dont la lecture n'est pas indispensable.

Une phrase

« Cette haine qu’il y a au fond de l’amour sans que personne, pas plus Sigmund Freud que Sacha Guitry, ait jamais compris pourquoi. »

Recommandation

A la rigueurA la rigueur

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !