Verts et viande : certains l’aiment sanglante | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Des thèmes culinaires étaient au coeur de la rentrée politique des écologistes pour Sandrine Rousseau et Eric Piolle.
Des thèmes culinaires étaient au coeur de la rentrée politique des écologistes pour Sandrine Rousseau et Eric Piolle.
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Vegan or not vegan ?

Verts et viande : certains l’aiment sanglante

Les polémiques sur les menus de la cantine scolaire à Grenoble et sur le barbecue après les propos de Sandrine Rousseau ont agité la rentrée politique des écologistes.

Nathalie MP Meyer

Nathalie MP Meyer

Nathalie MP Meyer est née en 1962. Elle est diplômée de l’ESSEC et a travaillé dans le secteur de la banque et l’assurance. Depuis 2015, elle tient Le Blog de Nathalie MP avec l’objectif de faire connaître le libéralisme et d’expliquer en quoi il constituerait une réponse adaptée aux problèmes actuels de la France aussi bien sur le plan des libertés individuelles que sur celui de la prospérité économique générale.
 
https://leblogdenathaliemp.com/

Voir la bio »

Les écologistes n’existeraient pas, faudrait-il les inventer ? Peut-être faudrait-il surtout qu’ils parviennent à se tourner vers une écologie réellement soucieuse d’inscrire le développement de l’homme de façon aussi harmonieuse que possible dans son environnement plutôt que d’agiter les peurs sur l’épuisement des ressources et le réchauffement climatique afin d’imposer leur vison autocratique de la vie sur terre.

Mais ne méprisons pas leur talent infini pour nous faire rire, surtout lorsque le contexte politique et économique s’avère aussi peu réjouissant qu’en cette rentrée 2022. Lundi dernier, justement, il y avait de quoi bondir d’indignation en entendant Emmanuel Macron s’exonérer une fois de plus de toute responsabilité dans la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et la fin programmée de 12 autres réacteurs d’ici 2035.

Mais par bonheur, la petite aventure du maire de Grenoble Éric Piolle avec ses menus végétariens à la cantine est venue apporter une distraction amusante et bienvenue dans le cours globalement sinistre et désespérant de l’actualité.

Voici toute l’affaire : 

Avant l’été, il avait été décidé en Conseil municipal grenoblois que dès la rentrée 2022, les quatre menus hebdomadaires des cantines scolaires seraient végétariens par défaut. Pour obtenir un menu avec viande ou avec poisson, il faudrait le demander spécifiquement. Ce que M. Piolle, convaincu des immenses progrès qu’il faisait ainsi faire à l’humanité sur la route de la sauvegarde de la planète, s’était empressé de rendre public avec une satisfaction non dissimulée le jour de la rentrée des classes :

À Lire Aussi

La « fin de l’abondance » ou la grande défausse de l’exécutif

Quelques jours plus tard, un nouveau tweet de l’édile nous confirmait que « l’écologie doit être radicale » et que « le menu végétarien devient maintenant la norme » :

Pour retrouver ce tweet et la vidéo : cliquez ICI

Or, et c’est là que l’épisode prend toute sa saveur, je dirais même toute sa saignante saveur, il semblerait que malgré sa brillante réélection lors des élections municipales de juin 2020 – enfin, brillante, si l’on oublie l’abstention de 64 % – M. Piolle n’ait pas vraiment convaincu les parents d’élèves, qui optèrent pour les menus avec poisson ou viande à… 94 % ! C’est cocasse. Et c’est surtout un formidable revers pour tous ces écologistes manipulateurs qui n’ont de cesse de vouloir « changer les mentalités » en poussant les citoyens dans des choix qui ne sont pas les leurs par des subterfuges de plus en plus voyants et autoritaires.

Mais hier, rebondissement ! Probablement dépité de voir ses grands projets de société aussi massivement snobés par les familles grenobloises et, encore pire, d’en voir l’échec étalé au grand jour dans la presse non seulement locale mais également nationale, le Maire de Grenoble a immédiatement hurlé à la « fake news » immonde :

À Lire Aussi

La refondation, c’est simple : on prend les mêmes et on recommence

D’après lui, jamais il n’a été question d’imposer quoi que ce soit ; uniquement de donner le choix entre trois menus, tout simplement. Dialogue de sourds, car personne ne lui a fait ce reproche. C’est l’introduction du choix par défaut, clairement calibré pour aiguiller le plus de monde possible vers le menu végétarien, qui pose problème – et c’est le ratage subséquent de la manœuvre qui fait éclater de rire. Ou alors il faudra nous expliquer ce que signifie « la logique est inversée : il faut demander pour manger de la viande et/ou du poisson » et « le menu végétarien devient maintenant la norme ».

Une norme assez manifestement rejetée par les parents. Ce que M. Piolle nous confirme lui-même (les repas végétariens représentent 7 % dans ses cantines) non sans tenter une ultime cascade pour transformer ces 7 % en un formidable succès à l’échelle nationale. 

Peu de temps auparavant, la députée EELV-Nupes Sandrine Rousseau expérimentait des déboires assez similaires.

Sandrine Rousseau – vous savez, cette ancienne candidate à la primaire écologiste qui surfe sur le concept d’écoféminisme, qui se félicite en permanence d’avoir un mari merveilleusement « déconstruit », qui « préfère des femmes qui jettent des sorts plutôt que des hommes qui construisent des EPR », qui ne voit aucun problème à instituer un délit de non-partage des tâches ménagères au sein des couples, qui a même prétendu avoir été la victime d’une odieuse tentative de déstabilisation machiste de la part d’Éric Piolle lui-même lors de la primaire écologiste – bref, vous l’avez compris, Sandrine Rousseau compte bien éradiquer d’un même trait de plume le patriarcat et le capitalisme, causes indiscutables du réchauffement climatique si dommageable à la planète.

Mais bien sûr que vous savez tout cela car Sandrine Rousseau ne perd jamais une occasion d’attirer l’attention sur elle par des prises de position évidemment calculées pour faire le buzz. Il faut dire qu’elle a un nouveau livre à vendre, Par-delà l’androcène, qui dénonce comme d’habitude l’oppression que les mâles non-déconstruits à sa convenance exercent depuis toujours sur les faibles femmes et autres valeureuses minorités exploitées. Le capitalisme, c’est l’horreur, mais la promotion n’attend pas et Amazon, ce n’est pas si mal, apparemment.

Or fin août, Mme Rousseau nous régalait justement d’une de ses déclarations péremptoires comme elle les aime : 

« Il faut changer aussi de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité. »

On hésite sur l’interprétation. Faudrait-il militer pour l’égalité hommes femmes devant le barbecue pour faire accéder les femmes aux mêmes plaisirs que les hommes ? Probablement pas la bonne réponse tant la notion de plaisir semble totalement étrangère à l’écoféminisme de combat. Faudrait-il alors demander aux hommes de faire la sourde oreille au nom de leur déconstruction bien comprise quand leur femme les prie de bien vouloir s’occuper du barbecue, affairée qu’elle est à préparer la salade, les petites sauces, etc… Voilà qui porterait un coup terrible au partage des tâches. 

Non, rien de tout cela, Mme Rousseau n’est pas si bête. Il s’agit essentiellement de dire que non seulement la viande, c’est mal car l’élevage est responsable de trop d’émissions de gaz à effet de serre (versant écologiste retenu également par M. Piolle) mais que les hommes, avec leurs idées complètement stéréotypées et dominatrices sur la virilité, sont directement responsables de son excès de consommation (versant féministe). Notons quand même qu’en France, la consommation de viande n’a pas attendu les fines remarques de Sandrine Rousseau pour diminuer continument depuis presque 25 ans. Cerise appréciable sur le gâteau, la volaille, moins polluante, en occupe une part de plus en plus importante.

Mais la députée, tout heureuse du tollé qu’elle a ainsi provoqué et encore plus certaine d’avoir marqué des points précieux, s’est mis en tête de pousser son avantage en proposant un petit sondage de son cru sur Twitter. Elle y a quelque 100 000 followers, autrement dit on l’adore, on s’accroche à ses moindres paroles. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Et pourtant, grosse déconvenue pour la dame. Car invités à choisir entre Bifteck ou Planète, les 66 566 répondant se sont portés à 73 % sur Bifteck ! Je ne sais pas vous, mais moi, j’en ris encore !

Une angoisse tout de même : et si elle se disait que devant tant de machisme assumé, confirmé, chiffré, il lui fallait redoubler d’ardeur dans la déconstruction écoféministe ? Car voyez-vous, elle a reçu hier un soutien de poids, celui de Jean-Luc Mélenchon lui-même personnellement. Et ce dernier n’a pas lésiner sur les compliments flatteurs :

« Ce qu’elle a dit est intelligent. Pourquoi ? Parce que nous avons intérêt à interroger tous les comportements sociaux pour mettre à nu leurs contenus genrés. Et je la remercie, parce que je n’avais jamais réalisé cela. »

.
Entre mégalos constructivistes, on se comprend si bien… Ça promet.

Cet article a été publié initialement sur le site de Nathalie MP : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !