Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence
©Théâtre du Gymnase

Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

D'abord connu pour ses romans, Tonino Benacquista signe sa première pièce de théâtre qui vogue dans les atmosphères sombres que l'auteur affectionne.

INFOS & RÉSERVATION

Théâtre du Gymnase

38 boulevard Bonne Nouvelle

75010 Paris

Tél. : 01 42 46 79 79

Du 2 janvier au 21 mars, du jeudi au samedi à 20h30

RECOMMANDATION

Excellent

THÈME

 • Régulièrement pris de douleurs terribles à la veille d’une importante échéance à honorer, un “homme d’honneur“ se rend - en désespoir de cause et en toute discrétion - chez un analyste réputé pour mettre fin à des souffrances aussi inexplicables qu’inquiétantes.

• Un rapport de force se met immédiatement en place entre les deux hommes, dont les ingrédients sont le secret professionnel du thérapeute et la loi du silence du boss mafieux, et l’enjeu les contrats : à la fois celui qu’ils passent (plus ou moins volontairement) l’un avec l’autre, à quoi s’ajoutent ceux que chacun doit honorer dans le cadre de leurs activités respectives.

POINTS FORTS

 • Le texte – efficace, concret et très adroitement construit autour de la notion de “contrat“ - possède une certaine profondeur qui évite à la pièce l’écueil Mafia Blues, qui a un temps sévi sur les écrans. 

• Le huis clos dans le cabinet du psychanalyste n’en est pas moins étouffant, mais dans le bon sens du terme, et c’est l’effet recherché. Il est servi par l’interprétation d’Olivier Douau, qui incarne avec une grande vraisemblance ce mélange de bonhommie et de violence larvée et terrorisante constitutif de certains grands criminels, d’autant que son physique et sa faconde rappellent ceux de Jacques Mesrine. Dans un espace restreint, où rien n’est de trop, les comédiens évitent adroitement tout statisme.

POINTS FAIBLES

• Patrick Seminor, vraiment très convaincant dans la gestuelle, l’expression, les questions brèves et les silences de l’analyste, l’est un peu moins lorsqu’il livre son texte.

EN DEUX MOTS ...

C’est à la fois un affrontement qui se joue, et un dialogue parfois vertigineux qui se noue entre psychanalyse et pratique criminelle sur les thèmes du contrat, de l’impunité et de la destinée de l’être humain.

UN EXTRAIT

Les extraits choisis montrent que la pièce ne procède pas par grandes tirades empesées, mais distille régulièrement des traits d’humour noir assez savoureux : 

Le patient à l’analyste : « Il faut bien que de temps en temps, le cuisinier goûte ses plats... »
« Vous avez raison, c’est important le silence. Les gens parlent trop... »
L’analyste à son patient : « Ce qui vous rebute par-dessus tout, c’est de re-buter...»

L'AUTEUR

• Grand succès à Avignon depuis 2018, Un Contrat est la seule pièce écrite par Tonino Benacquista (1961- ), d’abord connu pour ses romans noirs (de La Commedia des ratés à Malavita, en passant par Les morsures de l’aube, La maldonne des sleepings). L’écrivain aborda ensuite des thématiques d’actualité très variées (Saga, Quelqu’un d’autre, Homo erectus).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !