Tanis : les scientifiques découvrent la patte d’un dinosaure tué le jour où l'astéroïde qui les a fait disparaître a touché la Terre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Un employé d'un musée passe devant un spécimen de squelette de dinosaure alors qu'il prépare une exposition à Chiba, au Japon, le 13 juillet 2017.
Un employé d'un musée passe devant un spécimen de squelette de dinosaure alors qu'il prépare une exposition à Chiba, au Japon, le 13 juillet 2017.
©Behrouz MEHRI / AFP

Extinction des dinosaures

Tanis : les scientifiques découvrent la patte d’un dinosaure tué le jour où l'astéroïde qui les a fait disparaître a touché la Terre

Des scientifiques ont découvert à Tanis, dans le Dakota du Nord, un fossile d'un dinosaure qui serait mort le jour de l'impact de l'astéroïde ayant causé l'extinction des dinosaures.

Anna Alter

Anna Alter

Anna Alter est journaliste et écrivain. Docteur en astrophysique, elle a été journaliste à Science et Vie, à l'Evènement du jeudi, grand reporter à Marianne et rédactrice en chef adjointe de La Recherche. 

Voir la bio »

Atlantico : Des scientifiques ont découvert de très nombreux fossiles de dinosaures dans un état remarquable sur le site de Tanis, dans le Dakota du Nord aux États-Unis. Ces dinosaures seraient morts le jour précis ou l’astéroïde causant leur disparition a touché la Terre. Comment le savons-nous ? En sommes-nous bien certains ?

Anna Alter : Les chercheurs d’os ont découvert un membre complet avec la peau, mais aussi un tas d’autres fossiles. Le site de Tanis dans le Dakota du Nord aux Etats-Unis est d’une richesse inouïe en ossements de toutes les espèces. Un gisement qui serait le produit direct de l’apocalypse provoquée par la chute de la météorite meurtrière accusée d’avoir fait disparaître corps et biens les dinosaures. Ici, à cet endroit précis, il y a 66 millions d’années, quelques minutes seulement après l’impact, une tempête de grêlons de verre se serait abattue sur un estuaire en crue en même temps que des vagues géantes causées par les ondes sismiques inondaient les terres émergées sur lesquels les grands reptiles préhistoriques coulaient des jours heureux en compagnie d’autres animaux qui broutaient paisiblement. Surprises par les déferlantes, les bêtes et les plantes périrent enterrées sous des tonnes de sédiments. Un grand nombre a été fossilisé sur place. Aujourd’hui on retrouve des spécimens admirablement conservés. Des créatures tuées et ensevelies le jour même où l’astéroïde géant a frappé la Terre, les paléontologues sont encore sous le choc, tellement il y en a, poissons ayant respiré des débris qui tombaient du ciel, tortue fossile empalée sur un pieu en bois, restes de petits mammifères, peau de tricératops cornu, embryon d’un ptérosaure volant dans son œuf, et même un fragment de l’astéroïde chauffard qui a percuté notre planète.…

À Lire Aussi

Les 12 choses que vous ignorez sur les dinosaures

Quelles sont les particularités de ce site et en quoi est-il si intéressant ? Que nous apprend-t-il sur les animaux qui vivaient à cet endroit ? 

Surnommé Tanis en référence à la cité perdue d’Egypte antique, le site du Dakota découvert il y a quelques années sur les terres privées d’un ranch, se trouve ni trop loin, ni trop près du lieu de l’accident qui a provoqué la mort des dinosaures, ce qui est intéressant pour faire un constat… La collision avec la météorite géante a creusé dans la croûte terrestre un trou de 80 kilomètres de diamètre et 30 kilomètres de profondeur, projetant dans les airs des fragments à toute vitesse dans toutes les directions. Des gouttelettes de verre de moins d’un millimètre se sont formées dans les airs. Au bout d’un quart d’heure environ, une pluie torrentielle de verre tombait sans relâche pendant au moins trois quart d’heure. Un vrai déluge auquel s’est ajouté un tsunami, la violence du télescopage ayant généré des ondes capables de faire des vagues sur toute la planète… Trop près du lieu de l’impact toute vie à été balayée, trop loin les effets ont été ressenti avec retard. Mais à Tanis qui se trouve à 3000 kilomètres environ du golfe du Mexique, au large du Yucatan où est tombée la météorite géante, la mort des animaux et des plantes qui a été quasiment instantanée donne une idée de la faune et de la flore de l’époque. 

La découverte de ce site pourrait-elle nous permettre de mieux comprendre la disparition des dinosaures ? Existe-t-il encore des inconnues à ce sujet ?

Chaque os mis à nu permet d’en savoir un peu plus sur les dinosaures qui restent des grands inconnus sur lesquels nous avons  tout à apprendre. J’ai écrit avec Ronan Allain, le grand spécialiste français, un livre pour les enfants qui montre aussi aux parents et grands-parents ce que les générations à venir auront à découvrir: « les dinosaures, ce qu’on ne sait pas encore »*. Ces animaux légendaires qui ont régné en maîtres absolus sur Terre, en mer et dans les airs pendant plus de cent soixante millions d’années gardent leur mystère. Herbivores, carnivores, petits, moyens, géants, comment ont-ils cohabité alors qu’ils étaient tous différents ? Comment  se reproduisaient-ils ? Et s’ils n’avaient pas le sang froid mais tiède ?

À Lire Aussi

De nouveaux indices permettent de comprendre comment les plus gros des dinosaures sont devenus d’aussi gigantesques créatures

La patte qui a été découverte à Tanis permet de faire un petit pas dans la connaissance de ces grands reptiles : l’individu auquel elle appartenait n’avait pas la peau lisse, il était très écailleux comme les lézards.           

Anna Alter, Ronan Allain et Benoît Perroud ont publié "Les dinosaures, ce qu'on ne sait pas encore..." aux éditions Le Pommier

Lien vers la boutique : cliquez ICI

À Lire Aussi

Des chercheurs de Harvard développent une nouvelle théorie sur la véritable cause de la disparition des dinosaures

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !