Sylvain Tesson : vivre, vivre quand même | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Sylvain Tesson.
Sylvain Tesson.
©Reuters

Atlanti-culture

Sylvain Tesson : vivre, vivre quand même

Chaque jour, Culture-Tops livre une chronique culturelle. Aujourd'hui, retour sur le livre "S’abandonner à Vivre" de Sylvain Tesson.

THÈME

Sylvain Tesson convoque ses souvenirs de voyage et ses idées sur la vie dans un livre rassemblant 20 nouvelles courtes.
Les héros sont des alpinistes, des paysans, des médecins, des guerriers, des intellectuels, des marins, des parisiens, un sniper.
Ils vivent en Afghanistan, en Mongolie, sur des plages de Bretagne, à Paris ou en Provence, au Sahara, en Yakoutie, à Zermatt.

POINTS FORTS

Les histoires sont passionnantes, se lisent comme des romans policiers dont on attend la chute, toujours surprenante.
Ce format court apporte efficacité et nervosité dans le propos. L'écriture est formidable.
Les sujets portent sur l'amour fou, la guerre, l'ennui, le progrès technique, le hasard, l'exploit sportif. 
Ces fables, toutes très différentes, finissent mal! Comment et pourquoi? Ces questions nous suivent longtemps après la lecture.

POINTS FAIBLES

Je n'en vois pas.

EN DEUX MOTS ...

Sylvain Tesson comprend la vie à la manière slave, comme une joyeuse résignation (d'ou le titre du livre):
- Constatation: la vie est une entreprise cruelle et absurde qui finit mal.
- Action: Peut-on et doit-on corriger les choses à tout prix? Peut-on contourner les lois de la nature?
 Proposition: la joyeuse résignation. Le mot russe, plus savant et inventé pour cette affaire, est le POFIGISME : sorte de fatalisme mêlé d'un optimisme dans l'action. Les adeptes du pofigisme accueillent les oscillations du destin sans chercher à en entraver l'élan, ils s'abandonnent à vivre.
Pour finir, 2 citations :
- une de Pascal: "tous les malheurs de l'homme viennent du fait qu'il ne peut pas rester tranquillement dans sa chambre".
- une autre de Vialatte:" l'homme n'est que poussière, c'est dire l'importance du plumeau".

RECOMMANDATION

Excellent.

Pour plus de chroniques culturelles, rendez-vous sur Culture-Tops

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !