Sommeil : les dernières découvertes en date (et comment expliquer que la science se soit aussi peu intéressée à cette activité qui occupe un tiers de nos vies) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le corps a besoin d'une heure de sommeil pour deux heures d'éveil.
Le corps a besoin d'une heure de sommeil pour deux heures d'éveil.
©Reuters

Un petit somme

Sommeil : les dernières découvertes en date (et comment expliquer que la science se soit aussi peu intéressée à cette activité qui occupe un tiers de nos vies)

Il existe des moyens très simples d'améliorer la qualité de son sommeil et, donc, de son intellect, sa forme physique et son moral.

On n'insistera jamais assez sur les bienfaits d'une bonne nuit de sommeil ou d'une petite sieste réparatrice. Selon David Randall, auteur de Dreamland : Adventures in the Strange Science of Sleeple sommeil serait pourtant "la partie la plus négligée de notre vie alors qu'il l'affecte même lorsque l'on n'a aucun problème pour dormir". A titre de comparaison jusqu'au-boutiste, le sommeil serait même plus important que la nourriture dans le rôle d'améliorateur des performances.

Dormir plus pour travailler plus (et mieux)

Celui qui a notamment écrit pour ReutersForbes et le New York Times rappelle dans son ouvrage que la perte de sommeil entraîne irrémédiablement une baisse de l'attention, des fonctions exécutives, de la mémoire immédiate, de la mémoire de travail, des compétences quantitatives, de la capacité de raisonnement logique, des connaissances générales en mathématiques et de l'humeur. En témoigne une expérience menée sur des étudiants privés de sommeil à qui l'on avait demandé de mémoriser une suite de mots. Les sujets étaient en moyenne capables de se rappeler de 81% des mots à connotation négative - "cancer", par exemple - mais ne pouvaient se rappeler que de 31% des mots positifs ou neutres - "soleil", "panier".

Inutile de préciser qu'il n'est pas malin de se priver d'une sieste lorsque l'on a la possibilité de la faire. Une raison supplémentaire de céder à la tentation du petit somme en plein milieu de la journée ? Le sommeil décuple notre intelligence ! Il est en effet indispensable pour vider la mémoire de stockage à court termedu cerveau et faire de la place pour de nouvelles informations. Quant la fameuse nuit qui porte conseille, elle n'est pas qu'un mythe ! "Il y a quelque chose de positif dans le fait de prendre une nuit de sommeil quand vous êtes confrontés à une décision importante. Nous avons constaté que le fait que de dormir améliorait la prise de décision", explique David Randall.

On peut améliorer la qualité de son sommeil

Dreamland : Adventures in the Strange Science of Sleep tente également d'apporter des réponses concrètes à ceux qui cherchent à améliorer la qualité de leur sommeil. David Randall explique, par exemple, qu'il existe bien une durée optimale d'une nuit de sommeil. "Le corps a besoin d'une heure de sommeil pour deux heures d'éveil. Il sait lorsque l'équilibre est fait, explique-t-il. Chaque heure de sommeil manquée se traduira par un sommeil plus profond lors de la prochaine nuit. Et ce, jusqu'à ce que le corps retrouve l'équilibre".

C'est d'ailleurs ce déséquilibre qui provoque le jet-lag social - décalage entre le temps réel et l'horloge biologique. Selon le chronobiologiste Till Roennenberg, plus de 40% de la population d'Europe centrale souffrirait d'un décalage horaire social de deux heures ou plus. Une situation qui a amené certains pays à se demander s'il ne valait mieux pas retarder l'heure de début de la journée, à l'école, pour permettre aux enfants de dormir correctement. Une étude récente a démontré que retarder d'une heure le moment du départ à l'école permettait à 50% des jeunes de dormir huit heures. Un chiffre qui se situe habituellement à hauteur de 37,5%. Et cette amélioration n'est pas seulement confortable, puisqu'elle permet, là encore, d'améliorer l'attention, la motivation, les performances ainsi que... les habitudes alimentaires.

Respecter les besoins de son corps

Améliorer son sommeil passe aussi - et surtout - par un respect des besoins de son corps. C'est pourquoi il est conseillé de maintenir une heure de coucher cohérente et d'éteindre ou d'abaisser les lumières une demi-heure avant de dormir. Les lumières - y compris celles des écrans - peuvent en effet tromper notre cerveau et lui faire croire qu'il fait encore jour. Il faut donc éviter l'utilisation prolongée des ordinateurs, téléphones et autres tablettes avant le coucher. Lire avec un éclairage modéré est, en revanche, plus que conseillé et permet de se relaxer et de s'endormir plus facilement.

Le sommeil dépend également grandement de la température de notre corps. L'apparition du sommeil correspond en effet à un abaissement de la température corporelle centrale, alors que, dans le même temps, la température des pieds et des mains augmente - c'est ce qui explique que certaines personnes aiment avoir les pieds qui dépassent de la couverture. On peut donc aider son corps à réguler sa température. Une étude menée par des chercheurs lillois a établi que les personnes qui prenaient une douche froide avant de se coucher bénéficiait d'un sommeil de meilleure qualité. Le maintien d'une température ambiante de 16 à 19 degrés est également conseillé. Attention toutefois à ne pas exagérer sur la baisse des températures. Un bon sommeil ne doit pas devenir synonyme de rhume !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !