Retour de la pudeur : comment expliquer la chute du topless sur les plages françaises ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Retour de la pudeur  : comment expliquer la chute du topless sur les plages françaises ?
©

Cachez ce sein...

Retour de la pudeur : comment expliquer la chute du topless sur les plages françaises ?

La pratique des seins nus apparait aujourd'hui en perte de vitesse dans les jeunes générations. Un phénomène qui semble toucher particulièrement la France, pour plusieurs raisons.

François Kraus

François Kraus

François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.

 

 

 

Voir la bio »

Atlantico : Selon votre sondage IFOP pour Plaisx consacré au thème de la pudeur, menée aussi bien en Europe qu'en Amérique du Nord, la tendance à un retour de la pudeur, depuis les années 80, est en place. Cette tendance se poursuit-elle pour les nouvelles générations ? Quelle est la sociologie des femmes, en France notamment, qui peuvent incarner ce retour de la pudeur?

François Kraus : C'est autant le regard des autres que celui des femmes sur elles-mêmes qui poussent les Françaises à moins de dévoiler aujourd'hui qu'hier. Plusieurs raisons à cette baisse de la pratique de la nudité, qu'elle soit intégrale ou non, sanitaires, culturelles, et d'autres liées au culte de l'apparence, qui fait que les femmes ont plus à craindre le regard des autres aujourd'hui qu'auparavant. Il y a une trentaine d'années, le corps était plus libre, moins soumis aux canons esthétiques dominants en vogue dans la presse et la publicité. Dans les années 60-70 on était sur un cycle libertaire, et quand ces générations auront disparues, la pratique de la nudité sera très faible car les jeunes femmes actuelles sont rares à se dénuder sur la plage en été. La sexualisation du corps est beaucoup plus forte aujourd'hui. Il est rare de ne pas voir dans la publicité, dans les réseaux sociaux, un corps nu de femme dans des positions assez suggestives, alors qu'il y a encore 30 ans un corps nu n'était pas forcément associé culturellement à la sexualité. C'est cette association qui fait que les jeunes femmes sont plus réticentes à montrer leur corps en public, car il y a un risque de regards concupiscents voire accusateurs.

Comment expliquer les différences nationales, notamment entre les femmes espagnoles et les femmes allemandes, qui exposent plus largement leurs corps pendant l'été (49 et 41%) alors que les femmes italiennes (20%), françaises (29%), ou américaines (11%) y sont beaucoup moins favorables ? Quelles sont les différences constatées dans votre sondage ?

Il y a des éléments culturels et juridiques qui expliquent ces disparités. Aux Etats-Unis et au Canada, le puritanisme protestant ambiant fait que la nudité intégrale est généralement associée au sexe. Donc forcément ça passe très mal, d'autant que la législation sur les plages est plus contraignante qu'en Europe. On ne peut pas pratiquer le topless dans de nombreux états; c'est quelque chose d'assez rare, difficile à réaliser. 

A l'inverse, les pays germaniques (Allemagne, Pays-Bas) sont plus ouverts à ce niveau puisque ce sont les Allemands qui ont inventé et institutionnalisé le naturisme dès le XX° siècle. La culture du corps libre y est très forte et donc la nudité et bien plus acceptée socialement, pas seulement sur les plages mais aussi dans les parcs des grandes villes.

Le cas de l'Espagne est intéressant. Déjà c'est la destination préférée des Allemands et d'Europe du Nord, donc cette tradition s'est importée par ce biais. C'est un pays chaud avec de nombreuses plages, où la législation permet la nudité à peu près partout, donc naturellement cela favorise l'exposition du corps. Des conditions similaires à celles de l'Italie à la différence que l'Espagne et les Espagnols sont moins catholiques, moins pratiquants. Il y a aussi une culture post-franquiste de revendication politique à travers l'exposition de son sein. Symbole que les femmes sont libres et en pleine possession de leur corps et de leur sexualité. La France, elle, est un pays moyen, catholique, laïcisé, sans réelle culture de la nudité et donc se retrouve dans une position assez intermédiaire.

Votre sondage prend également en compte le regard que portent les femmes sur leur corps. Peut on faire un lien entre un regard positif de son corps et pudeur, ou est ce que d'autres déterminants semblent l'emporter ?

Ce lien est assez clair. Les femmes ont plus ou moins intériorisé qu'il fallait être parfaite pour oser montrer ses seins en public. Des études de Jean-Claude Kaufmann ont montré que tous les seins n'étaient pas acceptables sur une plage, et qu'il fallait qu'ils soient ni trop gros, ni trop petits, ni trop abimés par la vie… Il fallait qu'ils soient acceptables socialement aux yeux des autres pour pouvoir les montrer. Le poids aussi joue un rôle déterminant. On voit que les personnes en surpoids pratiquent moins la nudité, ou ne serait-ce que le topless que les personnes qui se sentent bien dans leur corps.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !