Rentrée scolaire : petits conseils si votre enfant est naturellement un couche-tard | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Rentrée scolaire : petits conseils si votre enfant est naturellement un couche-tard
©ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Rythme

Rentrée scolaire : petits conseils si votre enfant est naturellement un couche-tard

En cette semaine de rentrée des classes, certains enfants ont parfois un rythme de sommeil décalé. Voici quelques solutions si votre enfant est un couche-tard.

Bruno Comby

Bruno Comby

Bruno Comby est polytechnicien et directeur scientifique de l'Institut Bruno Comby.

Il est l'auteur de l'Eloge de la sieste (TNR, 2005)

Voir la bio »

Atlantico.fr : Avec la rentrée scolaire, les parents font de nouveau face au problème classique du coucher des enfants la veille de jours d'école.  Comment faire concrètement pour que nos enfants s'endorment plus facilement ?

Bruno Comby : Nous passons un tiers de notre vie à dormir.

Le sommeil est un élément essentiel de notre santé, un pilier du bien-être, mais aussi une condition de base pour que nos enfants travaillent bien à l’école. Plus généralement, un bon sommeil est un pilier central de l’ensemble de notre équilibre physique et psychique. Le sommeil est en quelque sorte le « meilleur ami » de notre santé. Ce n’est pas par hasard si les hormones du sommeil (sérotonine, mélatonine) sont sécrétées au centre de notre cerveau !

Dans notre monde moderne, le cerveau, bombardé en permanence de stimulations diverses, finit par dériver, les sécrétions répétées d’hormones de stress font perdre son rythme propre à notre cerveau, en tentant de suivre et de nous imposer le rythme plus rapide des écrans.

La National SleepFoundation, aux Etats-Unis, a montré que le temps d’écran influe fortement non seulement sur la durée, mais aussi sur la qualité du sommeil.

C’est ainsi que chaque heure passée devant un écran diminue aussi bien la qualité que la durée du sommeil de la nuit suivante de 15 minutes (pour les enfants) et même jusqu’à 26 minutes, chez les adolescents et adultes.

On comprend bien qu’il n’est pas possible de dormir une ou plusieurs heures de moins chaque jour et de conserver sa santé intacte.

Comme le dit la chanson d’Henri Salvador, « le travail c’est la santé ! » mais on peut tout aussi bien dire « le sommeil, c’est la santé ».

En réalité, c’est l’alternance activité-repos qui importe. Il est normal et bon d’avoir des activités et tout aussi nécessaire de se reposer et dormir. C’est cette alternance travail / repos ou veille / sommeil, que nous devons apprendre à gérer.

Concrètement, voici des moyens simples et efficaces pour limiter les dégâts causés par les écrans sur nos enfants et leurs apprentissages:

- interdire tout d’abord les écrans aux plus jeunes enfants, au moins jusqu’à l’âge de raison (7 ans) qui permet à l’enfant de bien distinguer le rêve (l’histoire qui se déroule à l’écran) de la réalité (monde réel autour de nous).

-n‘autoriser l’accès aux écrans qu’en compagnie de l’un des parents. Bien expliquer la différence entre la réalité et le virtuel est essentiel. L’enfant doit se positionner dans l’espace et construire d’abord puis préserver sa capacité de raisonnement et d’action propre, plutôt qu’être passif devant un écran.

- le moment de la journée où nos enfants regardent (ou pas) leurs écrans est important : pas d’écran la nuit, c’est interdit, ni juste avant de se coucher le soir. Il faut cesser toute stimulation lumineuse (en particulier cesser de regarder un écran lumineux) au moins 1 heure avant de s’endormir.

- le lieu où se trouvent l’ordinateur, les téléphones et les écrans est également important. Ne laissez pas votre enfant prendre l’habitude de s’enfermer seul dans sa chambre avec un ordinateur ou un téléphone. Vous ne pourrez plus le surveiller ! Placez l’ordinateur, la télévision ou les écrans au centre de la pièce de vie commune dans a maison, de façons que tout le monde voit ce que fait l’enfant. Attention aux écrans dans la chambre à coucher !

- la régularité des horaires de sommeil est primordiale. Se coucher tous les soirs à la même heure, pas trop tardive. 

- avoir un rituel physique et mental d’endormissement, toujours le même qu’on fera avec ses enfants le soir, participe à une bonne éducation. Il peut s’agir tout simplement d’aller se brosser les dents avant de se coucher, ou d’une séance de gymnastique douce ou de lire quelques pages d’un bon livre, ou, par exemple, pour ceux qui sont croyants, de réciter une petite prière, avant de s’endormir.

- enfin, s’abstenir soi-même autant que possible, de passer des journées, ou pire encore, des nuits entières, devant un écran : il s’agit de donner le bon exemple !

La rentrée scolaire est un bon moment pour prendre de bonnes résolutions, fixer de nouvelles règles de vie (et d’usage des écrans), afin de repartir du bon pied !

Nous avons tous un rythme de sommeil naturel, et c'est aussi le cas des enfants. Comment s'adapter à cela, tout en prenant en compte les contraintes scolaires, et comment leur permettre de connaitre ce rythme ?

Si à l’évidence nous avons tous besoin de dormir, le rythme de l’alternance veille/sommeil varie d’un individu à l’autre. De même il varie dans une certaine mesure d’un enfant à l’autre. Il faut donc apprendre à s’écouter, pour connaître son propre rythme. Pour cela il faut enseigner à nos enfants à faire de l’introspection, en analysant le fonctionnement de leur organisme et de leur mental. Il faut en quelque sorte leur apprendre à s’observer eux-mêmes. « Connais-toi toi-même » disait Socrate, le philosophe. Cet « conscientisation du sommeil » peut s’apprendre aux enfants. Par exemple, si nous voyons que notre enfant cligne des yeux, qu’il a les paupières qui se ferment, il convient d’attirer son attention sur ce point, pour qu’il s’en aperçoive, il en prend conscience et il apprend ainsi à s’observer lui-même. Ensuite cette capacité d’introspection et d’observation devient automatique, une forme de contrôle de soi.

L'utilisation des écrans le soir est assez controversée. Une étude de l'Université d'Oxford datant de 2018 affirme que les écrans ne perturberaient pas le sommeil des enfants. Quel bon usage des écrans vous semble adapté ?

Dans la nature, l’alternance veille sommeil est rythmée par le jour et la nuit. L’absence de lumière, la nuit, déclenche la venue du sommeil et fournit le cadre physique, mais aussi physiologique (hormonal) propice à la venue du sommeil. De même le retour de la lumière, le soleil qui se lève le matin conduit à se réveiller.

Malheureusement, les écrans, du fait de leur luminosité, stimulent l’éveil et bloquent le venue du sommeil.

Dès lors, il n’est pas surprenant que le sommeil des enfants, comme celui des adultes, soit perturbé, de mauvaise qualité, voire bloqué par l’usage immodéré des écrans à des horaires tardifs. 

Les écrans constituent une stimulation cérébrale artificielle, non-naturelle, qui bloquent ou gênent la venue du sommeil. 

Le bon usage des écrans est donc très simple : c’est plutôt moins que trop, plutôt dans la journée que le soir ou la nuit… pas trop violent (tout dépend aussi du contenu que l’on regarde…) et avec modération, pas trop souvent !

Et n’oublions pas les autres facteurs qui influent sur le sommeil : la consommation d’excitants, de sucre, le café, les boissons au coca, les sodas et les excitants d’une manière générale.

Une étude de l’université d’Oxford en 2018 a confirmé qu’un temps d’écran augmenté diminue bien de manière significative la durée du sommeil des enfants (comme chez les adultes), mais pas autant qu’on le pensait et ce n’est pas le seul facteur en cause : 

C’est donc l’ensemble du mode de vie de nos enfants, pas seulement leur temps d’écran, qu’il nous faut surveiller et améliorer : habitudes et horaires de sommeil, rituel d’endormissement, rythme et  qualité de l’alimentation (éviter les excitants…).

La jeune génération tirera ainsi le plus grand bénéfice de son sommeil et de la vie moderne.

Plutôt que de s’abêtir devant un écran, réjouissons-nous de bien dormir la nuit tombée, ainsi que de la joie et la bonne santé que nous apporte le soleil chaque jour en se levant !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !