Recherche majorité désespérément : Emmanuel Macron en quête du EN MÊME TEMPS perdu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron dispose d'une majorité relative à l'issue des élections législatives de juin 2022.
Emmanuel Macron dispose d'une majorité relative à l'issue des élections législatives de juin 2022.
©JOHN THYS / AFP

Ensemble

Recherche majorité désespérément : Emmanuel Macron en quête du EN MÊME TEMPS perdu

Le « en même temps » a été si bien adopté par les Français qu’ils se sont dotés d’une Chambre des députés particulièrement apte à obliger le Président de la République à considérer toutes les forces en présence dans l’Hémicycle.

Nathalie MP Meyer

Nathalie MP Meyer

Nathalie MP Meyer est née en 1962. Elle est diplômée de l’ESSEC et a travaillé dans le secteur de la banque et l’assurance. Depuis 2015, elle tient Le Blog de Nathalie MP avec l’objectif de faire connaître le libéralisme et d’expliquer en quoi il constituerait une réponse adaptée aux problèmes actuels de la France aussi bien sur le plan des libertés individuelles que sur celui de la prospérité économique générale.
 
https://leblogdenathaliemp.com/

Voir la bio »

Info du 22 juin 20 h 08 : Emmanuel Macron écarte pour l’instant l’idée d’un gouvernement d’union nationale, pense trouver une « majorité plus large » pour gouverner et s’accroche à un échange positif entre l’exécutif et le législatif pour avancer au service des Français. Hormis l’immense progrès d’avoir bouclé l’affaire en moins de huit minutes, une allocution type soir d’élection qui n’apporte pas grand chose. 

Emmanuel Macron devrait être content. Le « en même temps » qui a fondé son accession initiale au pouvoir, ce mode d’action qui consistait à aller chercher les bonnes idées partout où elles se trouvaient, sur sa gauche comme sur sa droite, tout en faisant de sa ligne politique un objet composite se revendiquant « ni de droite ni de gauche » a été si bien adopté par les Français qu’ils se sont dotés d’une Chambre des députés particulièrement apte à obliger le Président de la République à considérer toutes les forces en présence dans l’Hémicycle.

Quand je parle des Français, je ne signifie nullement qu’ils forment un bloc politiquement uniforme, ni qu’ils se seraient concertés d’une façon ou d’une autre pour aboutir à la composition actuelle de l’Assemblée nationale dans laquelle la coalition présidentielle rate la majorité absolue de plus de 40 sièges sur 577. De nombreuses aspirations très différentes ont joué, de multiples promesses à l’opposé les unes des autres ont su capter l’attention des électeurs – urgence climatique, urgence sociale, urgence civilisationnelle, besoin de stabilité, retraite à 65 ans contre retraite à 60 ans, hausse du Smic, chèques inflation, etc.

À Lire Aussi

Emmanuel Macron : le discours d’un Moi

Il n’empêche qu’à l’issue de tous ces mouvements browniens, un facteur domine tous les autres : le jeune Président doré sur tranche de 2017 s’est montré tellement sûr de lui au point de n’avoir même pas jugé utile de faire campagne pour sa réélection en 2022 qu’il a subi comme jamais sous la Vè République le vote sanction des Français. Emmanuel Macron ne pourra plus s’amuser à picorer à sa guise sur sa droite et sur sa gauche ; il ne pourra plus dicter les votes du Parlement ; il ne pourra plus concentrer tous les pouvoirs entre ses mains élyséennes.

En 2017, le « en même temps » s’était concrétisé dans une série de débauchages massifs à droite et à gauche afin d’élargir au maximum la future majorité présidentielle. Le contexte de l’époque, mêlant fin crépusculaire du quinquennat Hollande, victoire de Hamon à la primaire de gauche et déboires judiciaires des Fillon à droite, s’y prêtait. Darmanin, Le Maire, Philippe d’un côté, Le Drian, Collomb, Rugy, Castaner, Pompili et même Robert Hue, ex-secrétaire national du PCF, de l’autre, tous accoururent, charmés par l’enthousiasme printanier du (relativement) nouveau venu dans le panier de crabes politicien. Comme envoûtés, les Français suivirent le mouvement.

Rien de tel aujourd’hui. La magie du renouveau qu’Emmanuel Macron a tenté de faire revivre n’opère plus. Quant au « en même temps », les droites et les gauches préfèrent s’en charger directement elles-mêmes depuis l’Assemblée sans qu’on leur tienne la main depuis l’Élysée.

À Lire Aussi

Radioscopie de l’échec de l’esprit en marche

S’il s’agit de trouver des convergences avec Jean-Luc Mélenchon, ce que M. Macron ne s’est pas privé de faire entre les deux tours de l’élection présidentielle, ou s’il s’agit de s’intéresser aux électeurs du Rassemblement national, comme on voit plusieurs personnalités macronistes le professer soudain depuis dimanche soir, autant Mme Le Pen que son alter ego de l’extrême-gauche, autant les écologistes que les Républicains sont maintenant en mesure d’avancer eux-mêmes leurs propositions avec une excellente probabilité qu’elles soient examinées par leurs collègues députés. À ce petit jeu-là, même les partenaires Modem et Horizons de M. Macron peuvent faire entendre leur différence.

Reste à savoir comment les partis se saisiront de cette liberté législative retrouvée. Ils doivent savoir que la France les regarde. Le vote à la proportionnelle est l’une des grandes mesures mises en avant par de nombreux partis, dont l’extrême-gauche et l’extrême-droite, pour redonner du sens démocratique à la représentation nationale. Or la nouvelle composition de la Chambre basse n’est pas très éloignée d’une représentation proportionnelle. Le blocage systématique des projets de loi du gouvernement d’un côté, le refus systématique des amendements proposés par les oppositions de l’autre conduiraient à un immobilisme qui décrédibiliserait complètement ce mode de scrutin et propulserait une nouvelle demande de présidentialisme.

Reste à savoir également ce que M. Macron compte faire pour tirer son épingle du jeu. Ce mercredi 22 juin en milieu d’après-midi, à l’issue des discussions qu’il a eues avec tous les représentants des partis politiques représentés, on nous annonce que le Président de la République s’adressera ce soir aux Français. On apprend également via Fabien Roussel (PCF) puis Marine Le Pen (RN) qu’il a évoqué l’hypothèse de former un gouvernement d’Union nationale lors de ses entretiens avec l’un et l’autre. Une hypothèse qui n’est pas sans rappeler le CNR ou Conseil national de la Refondation qu’il souhaite créer sur le modèle du Conseil national de la Résistance de 1943-44.

À Lire Aussi

Les gouvernements minoritaires ne sont pas un danger pour les finances publiques (et pourraient même leur être favorables…)

Ce serait à l’évidence une façon habile de faire revenir la maîtrise du « en même temps » à l’Élysée.

Mais l’on sait aussi qu’Emmanuel Macron peut très bien s’exprimer au « 20 heures » pour ne rien dire. Juste occuper le terrain, temporiser, dire qu’il a entendu les demandes des Français, éventuellement faire une annonce périphérique qui finira dans l’oubli le plus total, comme en son temps le projet Action publique 2022 d’Édouard Philippe ou plus récemment le Collectif citoyen sur la Vaccination

Ce qui compte vraiment, c’est le projet politique. Puisqu’il tient tant à nous parler, alors qu’il a consciencieusement esquivé avant l’élection la déclinaison d’un programme trop engageant dans un sens ou dans un autre, pourrait-il enfin nous dire où il compte aller, avec qui et comment ? Il serait temps ; mais au fond, il est déjà trop tard. Frénétiquement engagé à la poursuite de son « en même temps » perdu, M. Macron ne réussit qu’à être à contretemps. Ça promet.

Cet article a été publié initialement sur le site de Nathalie MP : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !