Radioscopie des pulsions de démondialisation : le libre échange est loin d’être seul en cause | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Radioscopie des pulsions de démondialisation : le libre échange est loin d’être seul en cause
©Ronald WITTEK / POOL / AFP

Démondialisation

Radioscopie des pulsions de démondialisation : le libre échange est loin d’être seul en cause

La montée en puissance des partis populistes dans les démocraties avancées s'accompagne, semble-t-il, d'un "retour de bâton de la mondialisation". Une étude publiée dans VOXeu fournit des preuves quantitatives de ce retour de bâton, discute de ses fondements théoriques dans le cadre des modèles commerciaux standard et examine les preuves de ses moteurs. Il apparaît que la mondialisation est remise en cause en partie pour des raisons qui ne sont pas strictement liées au commerce. La durabilité politique de la mondialisation - et sans doute de l'ordre libéral international - dépendra de la capacité des sociétés à gérer de manière plus inclusive les conséquences distributives du changement structurel.

Atlantico : Votre étude met en évidence un "retour de bâton de la mondialisation". Quelle est la nature de ce contrecoup et quelle est sa taille ?

Italo Colantone, Gianmarco Ottaviano et Piero Stanig : Nous considérons le contrecoup de la mondialisation comme le glissement politique des électeurs et des partis dans une direction protectionniste et isolationniste, avec des implications substantielles sur les orientations des gouvernements et les politiques mises en œuvre. Dans notre travail, nous fournissons des preuves de ce contrecoup dans 23 pays industrialisés et avancés, couvrant l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie. Le retour de bâton est évident à partir du milieu des années 1990, selon différentes dimensions. On observe un déplacement des électeurs vers des partis caractérisés par des programmes politiques protectionnistes et isolationnistes. Cette évolution semble avoir des conséquences à la fois sur la composition des législatures et sur l'orientation idéologique des gouvernements. En d'autres termes, les partis relativement protectionnistes occupent une part croissante des sièges dans les législatures et sont de plus en plus impliqués dans les coalitions gouvernementales. Ces tendances sont clairement détectables dans la plupart des pays. Les seules exceptions semblent être l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui partent de niveaux d'isolationnisme relativement élevés et affichent un déclin ces dernières années.

À Lire Aussi

Assistons-nous à une démondialisation ou à une désoccidentalisation de la mondialisation ?

Le contrecoup de la mondialisation n'est pas seulement lié aux tendances électorales, mais peut également être observé en termes d'évolution de la politique commerciale. À cet égard, il existe de nombreux exemples récents, allant du Brexit à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, en passant par le blocage de l'organe d'appel de l'OMC. Plus généralement, selon les données de Global Trade Alert, les interventions protectionnistes en matière de politique commerciale ont augmenté plus rapidement que les interventions libéralisantes à partir de la crise financière. Toutefois, outre cette dynamique, des évolutions plus favorables au commerce peuvent également être observées. Par exemple, le nombre d'accords commerciaux régionaux (ACR) actifs, et notamment de zones de libre-échange (ZLE), n'a cessé de croître même après la crise financière.

Parallèlement, les droits de douane moyens ont continué à baisser au fil du temps. Toutefois, les mesures de protection temporaires telles que les droits antidumping et compensateurs ont été de plus en plus activées, avec des taux ad valorem en hausse, ce qui a entraîné des effets protectionnistes plus importants. Dans l'ensemble, l'évolution de la politique commerciale semble cohérente avec la dynamique politique décrite ci-dessus. Le tableau devient en revanche plus nuancé lorsque nous examinons les attitudes individuelles. Nous ne trouvons pas de preuve systématique d'une détérioration généralisée de l'opinion publique à l'égard de la mondialisation. Cependant, d'importantes minorités, et dans certains cas de fortes majorités, de personnes interrogées pensent qu'elles ne bénéficient pas réellement du commerce international (par exemple, 39% aux États-Unis et 60% en Italie).

Comment cette réaction négative a-t-elle été provoquée ? Dans quelle mesure le retour de bâton est-il dû à un échec du libéralisme et de la mondialisation ?

Une importante littérature s'est développée ces dernières années autour des moteurs du retour de bâton de la mondialisation, examinant à la fois les facteurs économiques et les déterminants culturels. Plusieurs études ont mis l'accent sur le rôle du commerce, en se concentrant particulièrement sur l'exposition à la hausse des importations en provenance de Chine entre le début des années 1990 et la crise financière. Les régions les plus exposées au choc de la Chine, en raison de leur spécialisation industrielle historique, ont été affectées négativement à bien des égards : hausse du chômage, baisse du taux d'activité, recours accru aux prestations d'invalidité et autres transferts sociaux, baisse des salaires, diminution de la fourniture de biens publics et détérioration des conditions sanitaires.

Ce phénomène a également eu des répercussions politiques, entraînant une augmentation du soutien aux partis et candidats protectionnistes, isolationnistes et nationalistes. Les données disponibles permettent de conclure que le contrecoup de la mondialisation est donc, au moins en partie, généré par la mondialisation elle-même. On pourrait y voir un échec du "libéralisme intégré", c'est-à-dire l'idée que le libéralisme économique et le libre-échange pourraient apporter une prospérité généralisée dans les pays grâce à des politiques de redistribution appropriées. La récente vague de mondialisation semble en fait avoir créé un grand nombre de perdants, laissant des cicatrices à long terme que nous appelons "l'empreinte sociale de la mondialisation".

Cela dit, ce contrecoup n'est que partiellement déterminé par le commerce international. On a constaté que d'autres facteurs jouaient un rôle important dans ce contexte. En particulier, il a été démontré que le progrès technologique, par le biais de l'automatisation de la production grâce aux robots, génère des conséquences distributives qui s'apparentent à celles du commerce, entraînant des réactions politiques similaires. Il en va de même pour l'austérité budgétaire induite par la crise et pour l'immigration, qui agit à la fois comme un catalyseur des griefs économiques structurels et comme un déterminant direct des réactions politiques. Empruntant à la littérature médicale, nous décrivons cette nature multicausale du phénomène par le concept de "comorbidité", par lequel différents facteurs se combinent pour générer le retour de bâton.

Comment le retour de bâton de la mondialisation est-il lié à la tendance populiste ?

Le retour de bâton de la mondialisation est certainement lié à la vague populiste plus générale. En effet, les partis identifiés comme populistes avancent souvent des propositions protectionnistes et isolationnistes. C'est particulièrement vrai pour les partis de la droite radicale, dont les programmes nationalistes comportent de forts éléments d'opposition aux institutions multilatérales telles que l'Union européenne et l'Organisation mondiale du commerce, associés à des positions protectionnistes sur le commerce international. Globalement, la hausse du soutien aux partis populistes recoupe largement la hausse du soutien aux partis protectionnistes et isolationnistes.

En outre, les conséquences distributives de la mondialisation peuvent avoir entraîné un mécontentement social qui est lié au soutien aux partis populistes de manière plus générale. Cependant, les données suggèrent que l'exposition au commerce est un facteur important du succès des partis populistes de droite, mais pas des partis populistes de gauche. En d'autres termes, non seulement les partis populistes sont très hétérogènes, mais les moteurs de leur soutien croissant tendent également à être divers. Le succès récent des populistes de gauche en Europe semble plutôt motivé par les politiques d'austérité induites par la crise.

Comment la durabilité politique de la mondialisation et de l'ordre libéral international peut-elle être affectée par ce retour de bâton ? Comment les sociétés peuvent-elles faire face à ses conséquences ?

Il est clair que le succès des partis qui mettent au centre de leur programme la volonté de "reprendre le contrôle" du pays face aux forces impersonnelles de la mondialisation, et qui proposent des politiques commerciales explicitement protectionnistes et un repli de la mondialisation, pourrait affecter le développement futur de l'ordre libéral international. Comme nous le documentons, il semble y avoir une tendance dans une direction protectionniste dont la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et le Brexit sont les manifestations les plus visibles. Au minimum, on peut s'attendre à ce que les processus d'intégration mondiale se déroulent à un rythme plus lent. Sur le plan national, bon nombre des partis qui ont réussi à tirer parti du contrecoup de la mondialisation manifestent également une grande impatience à l'égard de certains éléments de la démocratie libérale, tels que les freins et les contre-pouvoirs et la protection des minorités. Cela a créé, et pourrait créer à l'avenir, une tension importante sur certaines démocraties libérales dans les pays avancés.

Il n'est pas simple de faire face aux conséquences des changements structurels induits par la mondialisation (et l'automatisation). La "compensation" sous la simple forme d'une redistribution gouvernementale pourrait s'avérer insuffisante, car les professions ne sont pas seulement une source de revenus mais aussi de statut social, et le statut n'est pas facilement redistribué par les politiques gouvernementales. La création de "bons emplois" pour remplacer ceux qui sont éliminés par la mondialisation et rendus obsolètes par la robotisation ou la numérisation n'est pas facile, car elle nécessite de repenser l'économie de certaines régions et le rôle dans l'économie de certaines catégories d'individus, par exemple ceux qui ont des niveaux de qualification moyens. En outre, les "cicatrices" - ou l'empreinte - de la mondialisation pourraient être difficiles à guérir ou à éliminer complètement. Cela implique l'existence potentielle, également à moyen terme, de poches de stagnation économique concentrées au niveau régional, qu'il n'est pas facile de sortir de la spirale descendante du chômage élevé, du vieillissement de la population et de la fuite des cerveaux par de simples interventions politiques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !