Le prix Nobel français de médecine réconcilie l'homme avec les mouches | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le prix Nobel français de médecine réconcilie l'homme avec les mouches
©

Un grand pas pour l'immunité

Le prix Nobel français de médecine réconcilie l'homme avec les mouches

Le prix Nobel de médecine a été attribué ce lundi à Bruce Beutler, Ralph Steinmanau et Jules Hoffmann pour leurs recherches dans le domaine de l'immunologie. Ce dernier est un chercheur français dont le travail se concentre le système immunitaire des mouches quasiment identique à celui des hommes...

Jean-François Bach

Jean-François Bach

Membre de l'Académie des sciences depuis 1985, dont il est secrétaire perpétuel depuis 2006.

Ses recherches portent sur le système immunitaire. 

Il est notamment l'auteur d'un Traité d'immunologie (Flammarion, 1994) ainsi que d'un CD, Le système immunitaire (De vive voix, 2011)

 

Voir la bio »

Atlantico : Jules Hoffmann, un Français, a décroché ce lundi le prix Nobel de médecine. Qui est-il, et en quoi consistent ses recherches ?

Jean-François Bach : Jules Hoffmann est un chercheur d’origine luxembourgeoise. Il  a rejoint la France lorsqu’il était en thèse, puis a effectué toute sa carrière au CNRS à Strasbourg. C’est un chercheur remarquable, ce qui ne vous surprendra pas vu l’actualité, un esprit très original et une personnalité très chaleureuse et sociable.

Il a fait des découvertes formidables dans le domaine de l’immunité, et plus spécialement l’immunité innée, c’est-à-dire la première barrière de défense contre les agents infectieux. Quand vous êtes exposé à des bactéries, la plupart du temps vous vous en débarrassez très vite, en quelques heures, parce qu’un système immunitaire les élimine. Ce système immunitaire, on ne savait pas très bien comment cela marchait, et grâce aux travaux de Jules Hoffmann on sait maintenant qu’il y a des molécules précises, des récepteurs qui se chargent de cette fonction essentielle.

Il a fait ces découvertes sur la mouche, ce qui peut paraître curieux, mais en réalité c'est somme toute plutôt logique car la mouche et l’homme partagent les mêmes systèmes de reconnaissance. L’évolution après les a beaucoup fait évoluer, on n’a pas la même taille ni les mêmes comportements, on a n’a pas non plus tout à fait le même système immunitaire, néanmoins pour cette première barrière de défense, il s'agit de la même chose.

Cette découverte a-t-elle apporté quelque chose de totalement nouveau ?

Elle a changé complètement notre compréhension du système immunitaire inné. Les travaux de Hoffmann ont permis de démontrer l’extrapolation à l’homme de ces constatations sur un animal, d’où le prix Nobel.

D’un point de vue pragmatique cette découverte va améliorer la prise en charge d’infections. A la fois quand on voudra mieux stimuler les réponses immunitaires, comme dans les vaccins ou contre le cancer, ou au contraire lorsqu’on voudra protéger des maladies dues à des réactions d’hyper immunité, comme les maladies auto-immunes, le diabète, la sclérose en plaque, le lupus, les allergies ou même le rejet des greffes.

Cette attribution du prix Nobel montre-t-elle une excellence française dans le domaine de la recherche biologique et médicale ?

Absolument, cela fait tout de même deux prix Nobel en quatre ans (ndlr : après Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier en 2008) pour la médecine, ainsi que d’autres en physique… Cela fait beaucoup par rapport à ce que l’on a connu avant, dans les années 1980-1990. C’est une reconnaissance qui fait plaisir à tous les chercheurs français.

Après avoir reçu un prix Nobel, que fait-on ?

A cette question, Jules Hoffmann lui-même a répondu « Je ne changerai pas ma vie». Après il est évident qu’au point de vue de la reconnaissance c’est une consécration, on ne peut faire mieux, il ne pourra pas recevoir de plus haute marque de reconnaissance. En revanche, il peut animer des recherches, avoir de nouvelles idées, il a 70 ans, à cet âge rien n’est terminé au contraire, je peux vous l’assurer. Non il a des perspectives devant lui très intéressantes : ce prix va lui donner une autorité nouvelle, tout ce qu’il dira sur la science sera écouté et respecté. Dans son domaine, il va d’une certaine manière représenter la France. Il sera encore plus utile que jamais. Et puis, il reste encore tellement à découvrir en matière d'immunologie… 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !