Poutine est-il en train d'étouffer la société civile russe ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Poutine est-il en train d'étouffer la société civile russe ?
©

J'accuse

Poutine est-il en train d'étouffer la société civile russe ?

Le groupe russe de rock Pussy Riot a été condamné ce vendredi à deux ans de prison par un tribunal russe. Alors que les médias subordonnés au pouvoir saluent cette sage décision, l'opposition conteste ce jugement injustifié.

Alla Lazareva

Alla Lazareva

Alla Lazareva est une journaliste ukrainienne en poste à Paris. Elle travaille pour un hebdomadaire Ukrainski Tyzhden, qui publie en ukrainien et en anglais. Elle a co-écrit dernièrement le livre Gazprom : Le nouvel empire avec Alain Guillemoles.

Voir la bio »

Atlantico : Le groupe russe Pussy Riot a été condamné ce vendredi par un tribunal russe. Quel a été le retentissement de ce procès en Ukraine et en Russie ?

Alla Lazareva : En Ukraine comme en Russie les réactions de la société civile ont été très vives. Les médias d’opposition, les réseaux sociaux et les associations se sont levés contre ce procès. Il y a une réaction envers le pouvoir russe à la critique. On remarque entre les deux pays une triste similitude avec l’accumulation de procès politiques.

Cette pratique est malheureusement faite pour décourager la population à contester sur place. En Ukraine comme en Russie on a beaucoup manifesté pour mettre en avant les positions politiques mais aussi le courage des Pussy Riot. Leur musique est certainement à améliorer mais le message des chansons a un très grand écho au sein de la société civile en Ukraine comme en Russie.

Maintenant si vous écoutez les médias subordonnés au pouvoir comme la télé, vous allez entendre que les Pussy Riot ont mérité cette condamnation.

Justement, les Pussy Riot ont été condamnées à deux ans de prison. Que dire de cette décision ?

D’après moi, cette sanction est totalement injustifiée et démesurée. Elles ne méritent pas plus que "peut-être" une simple amende. Après, je peux comprendre qu’elles aient choqué des croyants (pour mémoire, les Pussy Riot se sont misent à chanter du rock dans des églises orthodoxes). Je pense vraiment que le pouvoir russe a été trop loin juridiquement.

Les Pussy Riots vont rester deux ans emprisonnées dans des camps. De quel camp parle-t-on ? Est-ce un héritage soviétique des goulags ?

Comme journaliste, je n’ai pas visité ces camps. Je connais seulement las camps ukrainiens. Disons que cela existe depuis l’Union Soviétique. Malheureusement, il aura fallu ce triste procès pour découvrir la situation du système pénitencier post-soviétique. Cela n’a pas changé aussi bien en Russie, qu'en Ukraine ou en Biélorussie. Les conditions sont dures et le respect de la personne n’existe pas. Cela risque d’être vraiment dur pour ces trois jeunes filles.

Le procès des Pussy Riots va remettre à l’ordre du jour l’utilisation de ces camps.

Peut-on parler de "goulag" ou est-ce exagéré ?

C’est peut-être un tout petit peu exagéré mais sur le fond on va vers la même pratique de la justice arbitraire. Les procès se multiplient et sont de plus en plus injustes. Si les dirigeants occidentaux ne font rien, il est certain que nous allons tristement vers un retour des goulags. Cette situation va encourager le président Poutine à accentuer ce type de décisions afin de remplir les prisions de gens innocents mais opposants.

Quelle peut être la conséquence de cette politique d’emprisonnement en Russie ?

A l’échelle de la Russie, je pense que cette politique va pousser les opposants à se calmer. L’emprisonnement des Pussy Riot peut être perçu comme un exemple. Cette pratique est là pour tuer la société civile. A mon sens, une partie de la population va rester prudente tandis qu’une autre va se radicaliser. En Ukraine, on a la même situation, le leader de l’opposition ukrainienne Iouri Loutsenko a été condamné à deux ans de prison supplémentaires.

Comment peuvent réagir les pays européens ?

Je pense que les pays européens doivent contester mais je pense qu’ils ne le feront pas. Le gaz russe est beaucoup trop important, il vaut mieux préserver de bonnes relations avec ce pays. Je pense que l’Europe doit rester ferme et lutter contre cette justice sommaire qui n’a aucun sens.


Propos recueillis par Charles Rassaert

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !