Pourquoi tomber dans la Seine est bien plus dangereux que de tomber dans un étang | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
La Seine est un fleuve dangeureux avec de multiples courants.
La Seine est un fleuve dangeureux avec de multiples courants.
©Reuters

Plouf

Pourquoi tomber dans la Seine est bien plus dangereux que de tomber dans un étang

Un jeune homme qui urinait sur les bords de la Seine dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 juillet est mort noyé, poussé par un passant dont l'identité n'a pas encore été déterminée. Une mauvaise blague dont les conséquences auraient été bénignes si elle avait été faite à côté d'un lac.

Christian  Poutriquet

Christian Poutriquet

Christian Poutriquet est responsable de la commission de formation de la fédération française de sauvetage et de secourisme 

Voir la bio »

Atlantico : Cette semaine, un trentenaire a perdu la vie suite à sa chute dans la Seine. Quelle est la principale raison qui explique qu'il est plus dangereux de tomber dans la Seine que dans un étang ? 

Christian Poutriquet : Le courant est le responsable. Dans la Seine l'eau est plus ou moins en mouvements selon les endroits. En effet, dans les endroits plus étroits le courant est plus fort, dans les zones plus larges il l'est moins. C'est cette configuration de la Seine qui est dangereuse. De plus, des obstacles naturels augmentent la force du courant. Celui-ci a tendance à emmener les personnes tombées à l'eau vers le fond de la Seine. Tous ces problèmes sont propres aux fleuves, car dans les étangs l'eau est statique. 
 

Le courant est-il l'unique responsable des morts accidentelles dans la Seine ? Quels sont les  autres risques ? 

La personne tombée à l'eau peut aussi être percutée par un bateau. Il y a des endroits ou l'on peut se baigner dans la Seine, qui sont surveillés. Mais lorsque la baignade est interdite, les pilotes de bateau ont peu de chances de voir le baigneur, la personne peut être percutée par le bateau, et mourir. 
 

Ces risques sont-ils effacés lorsque la personne sait nager ? 

Les risques sont toujours présents. Le fait de savoir nager les diminue un peu, dans le sens où, la personne tombée à l'eau pourra nager jusqu'à la berge et sortir de l'eau. Cependant si la personne est tombée à l'eau dans un endroit où il y a un fort courant, elle se trouvera entraînée vers le fond. Même s'il s'agit d'un bon nageur, elle a peut de chances de réussir à se maintenir à la surface. 
 
Quels sont les comportements à risques qui augmentent les chutes dans la Seine ?
 
Ces comportements ne sont pas propres à la Seine, en termes général un quart des personnes qui se noient ont consommé de l'alcool. Il faut donc éviter de boire de l’alcool à proximité des points d'eau et éviter de se baigner lorsque l'on en a consommé. Les substances illicites sont aussi à éviter. Enfin, mieux vaut faire en sorte que toute la famille sache nager. 
 

Quelle est la réaction à avoir si on tombe dans la seine ?

Le principal risque est d'être entraîné par le courant. La réaction la plus commune est de lutter contre celui-ci afin de revenir à son point de départ. En réalité, mieux vaut se laisser porter par le courant, qui nous emmènera certes, plus loin de notre point de départ, mais dans une zone où il n'y a plus de courant, ce qui nous permettra de revenir à la berge sans s'épuiser. En luttant contre le courant, on épuise ses forces sans grande utilité.
 
Quant aux personnes présentes lorsqu'une autre tombe dans la Seine, il ne faut surtout pas qu'elles tentent de plonger pour le sauver, elles peuvent être entraînées par le courant également. Mieux vaut prévenir immédiatement les secours et tenter de lancer à la personne qui se noie un objet flottant afin que la personne puisse se maintenir à la surface. Les secours arrivent rapidement : 5 minutes pour la Seine intramuros, 10 à 20 minutes pour la Seine extramuros. 
 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !