Pourquoi il faudrait vraiment définir la criminalité économique et financière dans notre société | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pourquoi il faudrait vraiment définir la criminalité économique et financière dans notre société
©

Bonnes Feuilles

Pourquoi il faudrait vraiment définir la criminalité économique et financière dans notre société

L'histoire est de retour. Les frontières se ferment, les identités se réveillent, les Empires se confrontent et, partout, les constantes ethniques, nationales et spirituelles reprennent leur place. Partout aussi, des hommes et des femmes s'interrogent ; comment survivre aux chocs migratoires, à la destruction de l'environnement, au pillage des biens communs, autrement qu'à travers l'union nationale ? Le temps du « je » s'achève, le temps du « nous » commence. Hervé Juvin nous l'annonce dans son dernier essai : "France, le moment politique" publié aux éditions du Rocher.

Hervé Juvin

Hervé Juvin

Hervé Juvin, économiste et essayiste, a notamment publié L'Occident mondialisé. Controverse sur la culture planétaire (avec Gilles Lipovetsky, Grasset, 2010), La Grande Séparation. Pour une écologie des civilisations (Gallimard, 2013) et Le gouvernement du désir (Gallimard, 2016).

Voir la bio »

Pour refonder la justice en France, il faut constituer, qualifier et préciser les éléments d’incrimination de crime économique. Le concept d’entreprise criminelle mérite d’être établi en droit, pour des organisations qui, de manière répétée, consciente et volontaire, mettent en danger la vie d’autrui, font obstruction à la justice, et réussissent des captations réglementaires de manière à corrompre les lois et l’opinion. Il vaut d’être étendu aux entreprises financières, notamment, qui jouent contre l’intérêt national, en facilitant des opérations en capital hostiles, en spéculant contre la dette, en servant des intérêts étrangers. Et il doit être le fil directeur d’un nouveau droit économique et financier armant la justice contre des délinquants à ce jour impunis, dont certains constituent la menace la plus directe pour la sécurité des patrimoines, des emplois et de la confiance des Français.

Ce concept demande enfin une adaptation du droit pénal à l’insécurité ressentie par les Français, et qui provient tout autant du désarmement moral et citoyen qu’ils constatent que de la réalité des agressions dont ils sont l’objet. Force doit rester à la loi; et tous les moyens par lesquels les Français assurent la sécurité de leur domicile, l’inviolabilité de leur résidence et, le cas échéant, repoussent une agression dont ils sont l’objet, sont légitimes et doivent faire l’objet d’une présomption de légitime défense devant les tribunaux. La situation dans laquelle les agresseurs font condamner leurs victimes, simplement parce qu’elles se sont défendues, est un déni de justice et une insulte à la Nation. Et la situation qui veut que les délinquants, migrants illégalement présents sur le territoire, représentants de minorités imposant leurs mœurs, leurs lois et leurs couleurs dans l’espace public, sont mieux traités qu’un citoyen français, et bénéficient d’un a priori favorable contre tout Français, même représentant l’autorité publique, est intenable. La France préfère les Français; qui pense que la Chine ne préfère pas les Chinois, Israël les Israéliens, et qui peut en vouloir aux États-Unis de préférer les citoyens américains? Si la France ne défend pas, ne préfère pas ses citoyens, qui le fera ?

Commander "France, le moment politique Manifeste écologique et social" de Hervé Juvin

Présentation :

L'histoire est de retour. Les frontières se ferment, les identités se réveillent, les Empires se confrontent et, partout, les constantes ethniques, nationales et spirituelles reprennent leur place. Partout aussi, des hommes et des femmes s'interrogent ; comment survivre aux chocs migratoires, à la destruction de l'environnement, au pillage des biens communs, autrement qu'à travers l'union nationale ?

Le temps du « je » s'achève, le temps du « nous » commence. Hervé Juvin nous l'annonce : le retour de l'histoire détermine le moment politique exceptionnel que va vivre la France, le moment que vivent les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie, l'Inde ou la Chine. Car nous n'avons plus le choix. Confrontée à des échéances inéluctables, celles de l'occupation de son territoire et de la colonisation de ses ressources, celles de la faillite sociale et du recul de sa civilisation, celles du retour de la misère et de l'esclavage, celles enfin de la puissance ou de la guerre, la France doit reforger son projet pour le siècle, pour l'Europe, et d'abord, pour les Français. C'est le moment où chaque Français redécouvre que la France est ce qu'il a de meilleur. Le moment où l'unité nationale redevient la condition de la survie de chacune et de chacun. Et c'est le moment de dessiner le nouvel horizon de la France, celui qui rendra tout son sens au combat politique.

Politique de la vie, politique de citoyenneté et de sécurité, politique économique et européenne, Hervé Juvin détaille un projet pour la plus grande France, le projet du rassemblement des Français. La voie qu'il ouvre est celle d'une politique exigeante, écologique, libérale et sociale à la fois, mais avant tout française. Parce que la France doit d'abord au monde et à elle-même de demeurer la France.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !