Et pour remplacer "la bête immonde", Macron inventa "la lèpre" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Et pour remplacer "la bête immonde", Macron inventa "la lèpre"
©Quibik - Domaine Public

Ça se soigne, docteur ?

Et pour remplacer "la bête immonde", Macron inventa "la lèpre"

Le président de la République est, comme le furent les rois de France, un thaumaturge. Grâce à lui, cette affreuse maladie sera vaincue.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Au Moyen Âge, les rois guérissaient les écrouelles. Saint Louis excella dans ce domaine. À cette époque, la lèpre faisait des ravages en Europe. On la craignait, si l'on peut oser cette expression, comme la peste... Avec les progrès de la médecine et de l'hygiène, on croyait cette maladie éradiquée. On se trompait. Elle a fait un retour massif et inquiétant sur notre continent. Une épidémie diagnostiquée par le Dr Macron.

Le Président de la République, parlant à Quimper, a dénoncé "la lèpre populiste" qui touche une grande partie de notre continent. Aucun mot n'est aussi fort que "lèpre" pour désigner ce qu'il appelle "le réveil des nationalismes et des égoïsmes". Il nous semble que Macron aurait du être un peu plus circonspect dans son vocabulaire.

Les premiers populistes qu'il a dénoncé, c'étaient les Italiens. Qualifiés de "cyniques et irresponsables" pour avoir refusé d'accueillir l'Aquarius. Puis, Emmanuel Macron a rencontré Giuseppe Conte, le Premier ministre italien. Ils ont affiché "une entente parfaite"... Macron lui a donné l'accolade. Il n'a pas eu peur d'attraper la lèpre. À suivre la pensée complexe du président de la République, il y a des dizaines de millions de lépreux eu Europe. Les Italiens déjà nommés, les Anglais avec le Brexit, les Hongrois, les Polonais, les Tchèques. Ça en fait du monde  !

Au Moyen Age, les lépreux devaient se déplacer avec une crécelle pour prévenir les braves gens de leur contagieuse arrivée. Vous entendez le bruit monstrueux des crécelles qui envahissent l'Europe ? Une seule solution pour éviter que les lépreux viennent en France, fermer nos frontières aux Italiens, Anglais, Hongrois, Polonais et Tchèques.

Mais Macron a peut-être une autre idée pour nous prémunir contre la lèpre. On lui prête l'intention de financer l'agrandissement de la célèbre léproserie du Dr Schweitzer à Lambaréné. Elle deviendra un gigantesque camp de rétention pour nos indésirables. Les Gabonais sont partants : ils aiment les Européens, même malades.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !