Passage des ombres : dans la tradition des bons polars islandais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Passage des ombres : dans la tradition des bons polars islandais
©DR

Atlanti-culture

Passage des ombres : dans la tradition des bons polars islandais

Robert Haehnel pour Culture-Tops

Robert Haehnel pour Culture-Tops

Robert Haenhel est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

LIVRE AUDIO 

 PASSAGE DES OMBRES –Trilogie des ombres, Tome3.

 

d'Arnaldur Indridason

Version audio réalisée par Audiolib, octobre 2018 

Texte lu par Philippe Résimont

Durée 8 h27

1CD MP3 (également téléchargeable depuis audiolib.fr)

Prix : 21 euros

Parution en Mai 2018 aux  Editions Métailié ;  304  pages

 

RECOMMANDATION

          BON

 

THEME

 

« Passage des Ombres » est le troisième tome de la trilogie d’Arnaldur Indridason qui a fait de l’Islande, au même titre que les autres pays du Nord de l’Europe, la patrie d’une littérature policière dont la qualité et l’originalité sont reconnues internationalement.

Dans cet opus, on retrouve les deux héros récurrents de la trilogie : l’inspecteur Flovant, seul membre de la police criminelle islandaise, et Thorson,  de la police militaire américaine. Mais ce qui fait la particularité de ce volume, c’est que l’action ne se passe plus seulement dans les années de l’occupation de l’Islande par les troupes anglo-saxonnes durant la seconde  guerre mondiale,  mais se déroule également en 2009 avec l’entrée en scène de l’inspecteur  Konrad. D’un chapitre à l’autre, grâce à la virtuosité de l’auteur, les deux enquêtes menées à 65 ans d’intervalle afin de résoudre une déroutante et tortueuse affaire, s’entremêlent en toute clarté.

Tout commence avec la mort d’un très vieil homme, discret  et solitaire,  à Reykjavik en 2009. Ce décès, contrairement aux apparences,  se révèlera être d’origine criminelle. Ce qui  nous ramènera très rapidement  à un autre assassinat, intervenu en 1944, celui d’une jeune fille dont le corps fut retrouvé passage des Ombres, dans le bâtiment du théâtre national islandais.

D’après les archives il semblait que  l’enquête n’ait pas abouti. La vérité que l’on découvrira en suivant les méandres  des  recherches complexes  entreprises  par Flovant et Thorson n’est pas aussi simple.

 

Au fil des pages on pénètre dans cette période trouble que traversa l’Islande, celle de  la  « situation »,  terme employé à l’époque  de l’occupation de l’ile et qui désignait  la sorte de traumatisme qu’avait fait naître  la fréquentation par les jeunes islandaises des soldats étrangers. C’est aussi la difficulté immense de mener une enquête plus de six décennies après les faits.

Rebondissements, fausses pistes, silences, secrets de famille enfouis depuis trois générations, sans oublier le rôle inattendu des elfes,  cet ouvrage exploite tous les ingrédients du roman policier en y ajoutant une  atmosphère, un rapport au temps qui constituent  la marque si distinctive des polars venants du nord.

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu  les précédents tomes de cette trilogie  (La femme de l’ombre, 2017 ; Dans l’Ombre, 2018) pour se plonger dans le Passage des Ombres...

 

POINTS FORTS

 

•          La construction minutieuse et efficace de deux enquêtes  menées à 65 ans de distance.

•          Un autre vécu  du temps  et de la manière de conduire les enquêtes qui confère une dimension quasi exotique à ce roman.

•          On découvre aussi l’impact profond qu’a eu  l’invasion par les troupes anglaises  et américaines  sur la société de ce pays.

 

POINTS FAIBLES

Une certaine lenteur, une minutie dans les détails,  des éléments qui sont souvent étrangers à la littérature policière française ou américaine  et qui peuvent à certains moments générer un sentiment d’ennui.

 

EN DEUX MOTS

Un roman  policier qui nous permet aussi  d’appréhender une période décisive de l’histoire d’un petit pays relativement méconnu. 

 

L’AUTEUR

  • Né à Reykjavik en 1961, Arnaldur Indridason, diplômé en Histoire, ancien journaliste, écrivain mais également critique de films, a publié 16 romans policiers et des nouvelles tels que  La cité des jarres, La femme en vert, La voix, L’homme du lac. Il est considéré comme  un des plus grands auteurs de polars islandais, publiés dans une trentaine de pays et traduits en de nombreuses langues.

 -  Le lecteur:

Philippe Résimont, comédien belge de théâtre et de cinéma, est également connu pour certaines de ses interprétations depuis une vingtaine d’années dans des téléfilms et des séries comme  récemment Jacqueline Sauvage, Les rivières pourpres, Un village français, Baron Noir, Cain…

C’est un lecteur régulier d’Audiolib, notamment pour l’ensemble de La trilogie des ombres.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !