Oyster, le Netflix du livre qui veut prendre Amazon à son propre jeu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Oyster, ou le Netfix du livre, est une toute jeune plateforme de lecture en ligne.
Oyster, ou le Netfix du livre, est une toute jeune plateforme de lecture en ligne.
©Reuters

Outsider

Oyster, le Netflix du livre qui veut prendre Amazon à son propre jeu

Oyster, ou le Netfix du livre, est une toute jeune plateforme de lecture en ligne qui a décidé de s'attaquer au géant du livre en ligne Amazon. Ces derniers jours, elle s'est transformée en calquant son modèle sur celui de son concurrent, avec un but : celui de s'imposer sur le marché.

Nicolas Gary

Nicolas Gary

Nicolas Gary est directeur de la publication du magazine ActuaLitté. Après un cursus universitaire dans le bordelais et les langues anciennes, il entre dans le webjournalisme, avant de fonder ActuaLitté en février 2008.

Il est Intéressé par le monde de l’Open source et des licences Creative Commons, et tout ce qui permet la démocratisation des savoirs.

 

Voir la bio »

Atlantico : En quoi la plateforme de lecture en ligne Oyster a-t-elle évoluée ces derniers jours ? Oyster adopte-t-il le modèle économique d'Amazon ? 

Nicolas Gary : La nuance majeure est qu'auparavant on se trouvait sur un modèle d'abonnement illimité, et que depuis quelques jours la plateforme propose également la vente d'ouvrage à l'unité. Oyster entre donc dans la démarche d'un revendeur plus traditionnel avec une logique marchande plus classique. Le revendeur est entré dans un modèle économique de détaillant : il propose un titre à un prix fixé par les éditeurs. Le groupe rentre donc dans le rang, vendre des ouvrages à l'unité permet d'obtenir une meilleure marge en termes de chiffre d'affaire (pour le revendeur, pour l'auteur et pour l'éditeur).

 

Combiner à la fois abonnement illimité et vente d'ouvrage à l'unité permet à la plateforme de toucher un public plus large. De plus, manifestement la vente unitaire pour une plateforme telle qu'Oyster est nécessaire pour faire du chiffre d'affaire.

 

Oyster pourra-t-elle bénéficier du conflit qui oppose Amazon aux cinq grandes maisons d'édition depuis maintenant plusieurs mois ? 

Les secrets d'alcôve de ce type de négociations sont généralement peu connus. On a quelques fuites sur le fonctionnement d'Amazon et sur celui d'Oyster. Oyster rémunère en fonction d'un pourcentage de pages lues par rapport au montant des 9,99 $ d'abonnement. Les plus grosses maisons d'éditions ont signé avec Oyster mais également avec Amazon. Toutes ont signé un accord de commercialisation pour le papier comme pour le numérique. En ce qui concerne Amazon, et très probablement Oyster, l'éditeur fixe un prix de vente et la plateforme l'encourage à vendre son livre au prix le plus bas possible en vue de plaire au consommateur.

 

Néanmoins, si l'on se place seulement du point de vue de l'abonnement illimité, Oyster est en contrat avec les grandes maisons d'éditions alors qu'Amazon -dans ce domaine-  est spécialisé dans l'offre d'auteurs auto-publiés. Il peut y avoir un attrait à se diriger vers Oyster pour les grands auteurs, mais cette offre est-elle suffisamment mise-en-avant par Oyster pour concurrencer Amazon dans le domaine de l'abonnement illimité? Non, je ne pense pas. Oyster n'a pas la porté d'Amazon, la demande sur le site ne devrait pas baisser. De plus Amazon propose divers avantages : frais de port très faibles, possibilité d'emprunter des livres au mois…  Avec le temps, le livre est devenu un produit d'appel chez Amazon, c'est grâce aux livres qu'ils attirent de nouveaux clients.

 

Pour autant, Amazon doit-il craindre la politique d'Oyster ? S'attend-on à une baisse de la demande (littéraire) sur Amazon ?

Oyster est en quelque sorte un concurrent, mais il ne fait pas le poids face à Amazon. Ce groupe a un chiffre d'affaire monstrueux et une volonté hégémonique très claire. Jeff Bezos –PDG du groupe- a toujours affirmé vouloir être le meilleur revendeur sur le web ! Face à ce petit concurrent, Amazon va pouvoir proposer des tarifs plus attractifs.  

De plus, la principale force d'Amazon se trouve dans les tablettes Kindle. Lorsque l'on achète un Kindle on ne peut acheter des livres que sur Amazon, ce sont les seuls à proposer des fichiers au format Kindle. A l'inverse, le format des fichiers proposés par Oyster est un format basique, le site va donc principalement entrer en concurrence avec les autres plateformes de ce type plutôt qu'avec Amazon. Le fichier ainsi que le format propriétaire déployés par Amazon, font que la plateforme est indétrônable!

 

Oyster a-t-elle une chance de s'imposer sur le marché français ?

Aujourd'hui, si Oyster s'implante sur le sol français il sera considéré comme illégale puisque les plateforme d'abonnement illimités sont interdites. Néanmoins, les négociations sont en cours pour autoriser ce type de plateformes sur le sol français.

 

Si les plateformes de lecture en ligne sont de plus en plus nombreuses, le livre papier est-il en danger? Ces plateformes risquent-elles de bouleverser le monde de l'édition ?

Le livre papier n'est pas du tout en danger ! Certes, il connaît une baisse d'achat partout dans le monde, mais c'est un support privilégié d'accès. Le livre numérique attire peut être massivement la jeune génération, mais on ne peut pas dire que le livre papier soit en danger. Le livre papier ne peut pas disparaître, c'est lui qui rapporte le plus d'argent dans l'édition. Les remises se font sur le numérique et non sur le papier. En effet, les bénéfices sont bien plus importants en matière de format papier grâce à la distribution, à la publicité… Le livre papier vivra tant que les éditeurs n'auront pas trouvé le moyen de faire vivre l'ensemble de leurs équipes avec un simple livre numérique!

Le monde de l'édition est déjà bouleversé par ces plateformes. En France, Amazon est déjà un acteur dérangeant : ils tuent les librairies indépendantes, il est internationale, il ne rémunère pas les éditeurs au même titre que la presse papier… Pourtant, Amazon étant un acteur très puissant, aucun éditeur n'est capable de le faire plier !

 

Amazone, Oyster et les autres vont-elles changer la façon dont on lit ? Les besoins des lecteurs sont-ils vraiment au centre ?

Amazon a changé le regard porté sur le client en s'imposant comme une entreprise au service du client, une entreprise étant là pour lui faciliter la vie. Cette démarche explique la politique fiscale du groupe qui profite de toutes les règles d'optimisation en matière fiscale que propose l'Europe. En parvenant à ne pas payer tous les impôts locaux, par exemple, le groupe dispose logiquement de plus de moyens que ses concurrents directs.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !