Olivier Véran : "Les débauchages individuels c’est terminé" ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Olivier Véran, qui vient d'être nommé porte-parole du gouvernement, s'est confié sur le remaniement et sur les tentatives de débauchages pour intégrer des personnalités issues de la droite et de la gauche.
Olivier Véran, qui vient d'être nommé porte-parole du gouvernement, s'est confié sur le remaniement et sur les tentatives de débauchages pour intégrer des personnalités issues de la droite et de la gauche.
©Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP

C’est celui qui dit qui y est

Olivier Véran : "Les débauchages individuels c’est terminé" !

Ce n'est pourtant pas faute d’avoir essayé.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Pour inaugurer sa nouvelle fonction de porte-parole du gouvernement, Olivier Véran a fait preuve d’excellence. Il savait que chacune de ses phrases serait guettée. Et il n’a pas déçu ses admirateurs dont nous faisons partie.

Ainsi il a déclaré : "les débauchages individuels c'est fini car ça ne sert à rien". Et il a poursuivi : "ce n’est pas parce que vous débauchez un Republicain ou un autre que ses collègues vont voter pour vous, ils vont l’ostrasciser". 

Voilà qui est frappé au coin du bon sens. Mais la vérité oblige à dire que si Véran sonne le glas des débauchages, c’est parce que cette spécialité macroniste n’a pas marché. Les proches du chef de l’Etat ont sollicité plusieurs Républicains pour leur proposer un portefeuille ministériel.

Le plus connu : Philippe Juvin. Il a refusé… Haro donc sur les débauchages "qui ne servent à rien". Un cas d'école exemplaire est celui de Damien Abad ex-LR. Il est patent que ça n’a pas servi à grand chose. 

On peut dès lors se demander à quoi sert Olivier Véran. Nous avons la réponse : à mentir comme un arracheur de dents.

À Lire Aussi

Bienvenue Marlène !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !