Non, votre chat n’est pas le monstre d’indifférence que vous croyez | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le chat n'est pas ce grand solitaire
Le chat n'est pas ce grand solitaire
©Reuters

Chat alors!

Non, votre chat n’est pas le monstre d’indifférence que vous croyez

Nos amis les félins feraient preuve de mimétisme. Confrontés à quelque chose d'inhabituel, ils étudieraient notre attitude avant de réagir. Cette volonté de mimétisme bat donc en brèche l'idée que le chat est un animal imperméable à son environnement, et au comportement de son maître.

Faites attention, votre chat vous observe. Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas pour commettre quelques pendables forfaits, mais bien parce que vous êtes son modèle et qu'il va vous imiter. C'est une étude d'une équipe de l'Université de Milan qui révèle cette information dans la revue Animal Cognition. Les animaux domestiques feraient preuve de mimétisme en cas d'événements inhabituels.

Pour prouver leur postulat, les scientifiques ont réalisé une petite expérience. Ils ont placé 24 chats et leurs maitres humains, dans une pièce avec un ventilateur électrique. Au bout de la pièce se trouvait un écran, représentant la seule porte de sortie du félin. Les chats devaient d'abord s'habituer au lieu et explorer la pièce.

A l'issue de cette familiarisation, les humains devaient alors avoir une réaction marquée vis-à-vis du ventilateur. Ils pouvaient soit afficher un visage calme, parler sur ton de voix joyeux, et se déplacer vers le ventilateur. Ou bien, au contraire, parler sur un ton menaçant, avoir l'air inquiet et s'éloigner du ventilateur. "Le but de l'étude était d'évaluer si les chats se servaient des infirmations émotionnelles donné par leur maitre à pour façonner leur propre comportement" ont indiqué les chercheurs.

Et bien devinez quoi ? 8 chats sur 10 ont copié leur maître et alors changé de comportements vis-à-vis du ventilateur, en alternant des regards entre l'humain et l'objet.

Ce mimétisme est déjà connu chez les bébés. En présence d'un objet inconnu, un nourrisson va instinctivement observer ses parents pour définir sa réaction. Idem chez les chiens, un animal très proche de l'homme. Mais chez les chats, ce résultat est plus surprenant. En effet, le félin traine la fâcheuse réputation d'être un profond égoïste, bien peu concerné par le monde qui l'entoure, et uniquement câlin lorsque l'heure de la pâtée approche…

Cette étude prouverait au contraire que le chat a une relation très forte avec l'homme, qui serait une sorte de "modèle". Les chats observaient volontier leurs maitres afin de les copier, et peut-être de leur plaire. "La réaction d'un propriétaire peut influencer le chat" nous confirme Amandine Roulet, comportementaliste, spécialiste du chat. "Les chats font attention à leur environnement et peuvent interpréter nos réactions. La position du corps et la communication visuelle est très importante chez eux: la dilatation des pupilles, le poil hérissé... Il n'est alors pas stupide d'imaginer que les chats remarquent des attitudes comme le haussement de sourcils et le ton de notre voix".

"Si le propriétaire a peur, le chat a peur", poursuit-elle. "Lors d'une de mes consultations, j'ai eu l'expérience d'un chat qui avait peur de la sonnette de sa maison. Il s'est avéré que sa propriétaire criait à chaque fois que cette sonnette retentissait. Du moment, où elle a arrêté de crier, le chat s'est arrêté de se cacher".

L'auteur de l'étude, Isabella Merola, (désormais professeure à l'Université de Lincoln, au Royaume-Uni), a confié que c'était la relation très privilégiée avec ses chats qui l'a conduite à mener cette enquête.

"Avant cette étude, personne ne s'était véritablement intéressé à la possibilité que les chats nous imitent, et observent nos réactions dans des situations non familières", explique Barbara J. King, professeur d'anthropologie à Williamsburg, en Virginie. "Exceptés les propriétaires de chat, tout le monde avait foi dans le stéréotype simpliste du chat égoïste, par opposition au chien fidèle". "On a tendance à faire beaucoup d'anthropomorphisme", tempère Amandine Roulet. "Un chat reste un animal. Il faut également garder en tête que l'éducation joue beaucoup, et les caractères également. Certains chats sont très craintifs, d'autres non".

Des études devront être menées pour affiner et définir comment notre voix, notre langage corporel et nos expressions faciales sont interprétés par le choix. Mais une chose est certaine pour Isabella Merola: les propriétaires de chat peuvent aider leur chat en montrant des émotions positives.

"Depuis le résultat de l'enquête, je suis plus prudent quant à mes réactions, car je sais que mes chats vont scruter mon visage et mon langage corporel", affirme-t-elle. Propriétaires de matous, vous seriez bien avisés d'en faire de même.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !