Muchachas et femmes battues : 60 pages de trop mais une histoire qui vaut le détour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Dans ce nouveau livre de Katherine Pancol, deux histoires distinctes avancent parallèlement sans jamais se rejoindre.
Dans ce nouveau livre de Katherine Pancol, deux histoires distinctes avancent parallèlement sans jamais se rejoindre.
©Culture-Tops

Atlanti-culture

Muchachas et femmes battues : 60 pages de trop mais une histoire qui vaut le détour

Chaque jour, Culture-Tops livre une chronique culturelle. Aujourd'hui, retour sur le livre "Muchachas" de Katherine Pancol.

Thème

Dans ce nouveau livre de Katherine Pancol, deux histoires distinctes avancent parallèlement sans jamais se rejoindre. Sauf à la fin et seulement par un fil !

Je prends donc le parti de passer sous silence la suite de l’histoire que tout le monde connait ( les crocodiles, les tortues et les écureuils), dont l’intrigue, je vous rassure, n’avance que très très très lentement, et que vous retrouverez sans difficulté dans les 2 prochains tomes (qui sortent en avril et en juin).

Sinon…

A Saint Chaland, dans un petit village de la banlieue de Sens, Ray et sa bande de copains minables, accumulent depuis des années les secrets peu reluisants des uns et des autres comme arme de guerre. Un chantage odieux qui assure leur toute puissance au sein d’une petite communauté lâche et timorée, qui préfère le silence à la délation …

Points forts

- C’était osé car on n’attendait pas Katherine Pancol sur ce sujet. Le thème des « femmes battues » n’est pas forcément facile à aborder, il est pourtant très bien appréhendé.

- Les profils psychologiques de tous les personnages sont très bien traités. Autant celui de la mère battue et celui de sa fille dans leurs singularités et leurs différences, que ceux de la bande de voyous-loosers soudée à vie par un passé commun et qui sévit dans certains villages de la France profonde.

Points faibles

Au moins 60 pages de trop. Dommage de ne pas démarrer par la « vraie » histoire ! Les plus impatients pourraient être tentés d’arrêter avant qu’elle ne commence.

- La suite d’Hortense, Gary, Joséphine et les autres n’a aucun intérêt dans ce premier tome. Ca sent le raccord à plein nez.

En deux mots ...

Pour venir à bout de ces 422 pages, sachez tout d’abord qu’il faut s’accrocher. Surtout au début. Beaucoup de remplissage et des détails qui n’en finissent plus ! On sort épuisés des 60 premières pages…

Heureusement, une vraie bonne surprise nous attend avec une nouvelle histoire (pas gaie, c’est vrai), ses nouveaux personnages (pas glamours ni courageux, c’est vrai), et tous ses affreux secrets qui vont jusqu’à nous faire trembler d’horreur et même cligner des yeux!

Malgré ce tableau idyllique et ces héros de rêve, on garde le livre ouvert jusqu’à la fin et on a hâte de connaître la suite. Une irrépressible envie de savoir si les vilains vont être enfin punis…. humain, non ?

Recommandation : bon

Pour plus de chroniques culturelles, rendez-vous sur Culture-Tops

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !